S. m. (Histoire naturelle, Ichtyologie) poisson de mer auquel on a donné ce nom, parce qu'il se met au-devant des vaisseaux qu'il rencontre, il les précède et il semble les conduire jusqu'au port. Il est de la grandeur, et de la forme d'un maquereau : la tête est longue et lisse ; l'extrémité de la mâchoire supérieure excède de beaucoup la mâchoire inférieure. Ce poisson n'a point d'écailles, tout son corps est couvert d'une peau rayée en losanges ; il a deux petites nageoires près des ouïes, une sur le dos et une autre sur le ventre qui s'étendent toutes les deux jusqu'à la queue. Le poisson pilote nage au-devant des requins, comme au-devant des vaisseaux ; il est si agile qu'il évite le requin qui tâche d'en faire sa proie. Histoire naturelle des Antilles, par le P. du Tertre, tome II. Voyez POISSON.

PILOTE, (Marine) premier pilote, second pilote troisième pilote. Le pilote est un officier de l'équipage, qui prend garde à la route du vaisseau et qui le gouverne.

Le second et le troisième pilote secondent le premier dans ses fonctions. Il n'y a trois pilotes que dans les plus grands vaisseaux, ou quand il s'agit de voyages le longs cours. Dans les autres vaisseaux, il y a un ou deux pilotes, selon la qualité du vaisseau et du voyage. Voyez l'ordonnance de 1680, liv. II. tit. IV. et celle de 1689, liv. I. tit. XV.

Le pilote doit être continuellement au gouvernail, et faire de temps en temps son rapport au capitaine, au sujet du parage où il croit que le vaisseau est ; il doit être expérimenté dans la connaissance des cartes marines, dans l'usage de l'astrolabe et de l'arbalete, et autres instruments pour prendre hauteur, dans la connaissance des tables de l'astronomie, dans la connaissance des marées, des changements qui y arrivent selon les pays, des moussons, etc. C'est le pilote qui commande dans les buches et dans les pinques, et qui ordonne de jeter les filets et de les retirer ; c'est lui encore qui le plus souvent tient le gouvernail.

PILOTE HAUTURIER, c'est celui qui dans un voyage de long cours fait prendre la hauteur ou l'élévation du pôle par le moyen de l'arbalete et de l'astrolabe

Pilote côtier, pilote de havre, pilote lamaneur, locman ; bons pilotes, pilotes expérimentés.

Pilote qui a entré et sorti un vaisseau ; cela se dit d'un pilote qui a mis un vaisseau dans une rade, dans une rivière ou dans un havre, et qui l'en a ressorti.

Pilote hardi ; cela se dit d'un pilote qui entreprend des choses difficiles, comme d'entrer dans une rivière inconnue, dans un havre qui ne serait pas pratiqué, de chercher une terre non-vuste, et autres choses semblables.

Il n'y a point de pilote côtier en temps de brume.

Les bons pilotes sont à terre ; cela se dit par plaisanterie pour ceux qui se vantent d'être savants dans le pilotage, et qui sont des ignorants quand ils sont en mer.

PILOTE, s. m. (Antiquité grecque) Les pilotes étaient fort considérés dans la Grèce ; de là vient que le pilote Phrontis n'a pas été seulement immortalisé par Homère, mais le roi de Micène lui éleva un tombeau près du cap de Sunium, et lui rendit les derniers devoirs avec la distinction qu'il méritait. C'est ce Phrontis que Polignote avait peint dans ce tableau merveilleux, qui représentait d'un côté la prise de Troie, et de l'autre les Grecs s'embarquant pour leur retour. Telles étaient les mœurs de ce temps-là ; aujourd'hui un pilote n'est qu'un marin sans distinction ; alors c'était un homme utile à l'état, et tout mérite utile à l'état avait sa récompense. Une inscription, une statue, un tombeau élevé aux dépens du public, entretenaient la gloire, et portaient les hommes à toutes sortes de belles actions. (D.J.)

PILOTES, (Lutherie) dans l'orgue sont des baguettes cilindriques E C, fig. 22. orgue, à l'extrémité inférieure desquelles sont des jointes déliées ou des épingles qui entrent dans des trous qui sont aux extrémités des bascules du positif qui entrent dans le pied du grand orgue ; la partie supérieure E traverse un guide D (fig. 5, 20 et 22.) percé d'autant de trous qu'il y a des pilotes ou de touches au clavier au-dessous desquels ces trous doivent répondre.

La longueur des pilotes est égale à la distance qui se trouve entre le dessous des touches du premier clavier qu'on appelle clavier du positif, et l'extrémité B des bascules. Voyez BASCULES DU POSITIF.

Les pilotes servent à transmettre l'action des touches du premier clavier aux bascules qui transmettent la même action aux soupapes du sommier du positif : ce qui les fait ouvrir. Voyez SOMMIER DU POSITIF.