S. m. (Histoire naturelle, Insectologie) tabanus ; mouche à deux ailes. M. Linnaeus fait mention de six espèces de taons ; cet insecte incommode beaucoup en été les animaux, et principalement les chevaux, par les piqûres qu'il leur fait avec son aiguillon ; il leur suce le sang qui sort de ces plaies, et il s'en nourrit. Swammerdam a reconnu que cet insecte a, indépendamment de cet aiguillon, une trompe avec laquelle il pompe le suc des fleurs, qui lui sert de nourriture quand il n'est pas à portée d'avoir du sang des animaux. Collection acad. tom. V. de la partie étrangère. Voyez INSECTE.

TAON, (Science microsc.) le taon dépose ses œufs sur l'eau ; ils produisent une espèce de petits vers, dont l'extrémité de la queue est cerclée de poils mobiles, qui étant étendus sur la surface de l'eau, les mettent en état d'y flotter. Lorsqu'il veut descendre vers le fond, ces poils s'approchent les uns des autres, et forment une figure ovale, dans laquelle ils enferment une petite bulle d'air ; par le moyen de cette bulle, le ver est capable de remonter ; si cette bulle s'échappe, comme il arrive quelquefois, le ver exprime d'abord de son propre corps une autre bulle semblable, pour suppléer à la première.

Sa gueule a trois divisions, d'où sortent trois petits corps pointus, qui sont dans un mouvement continuel, comme les langues des serpens. Ces vers se rencontrent souvent dans l'eau que l'on prend à la surface des fossés. Le mouvement de leurs intestins est assez facile à distinguer. Il faut lire sur le taon Swammerdam, hist. des insect. (D.J.)

TAON MARIN. Rondelet a donné ce nom à un insecte que l'on trouve sur le corps de divers poissons, tels que le thon, l'empereur, les dauphins, etc. Cet insecte suce le sang de ces poissons comme la sangsue, et les tourmente beaucoup pendant le temps de la canicule. Rondelet, hist. des insect. et zoophites, ch. viij. Voyez INSECTE.