Imprimer
Catégorie parente: Histoire naturelle
Catégorie : Insectologie
S. m. (Histoire naturelle, Insectologie exotique) notre ver luisant est bien inférieur à celui de Surinam, qui mérite d'ailleurs d'être connu à cause de la singularité de son caractère, suivant la description qu'en fait mademoiselle Mérian.

Cet animal, dans son état rampant, doit avoir en grand une forme approchante de celle qu'ont dans le même état, nos sauterelles prises en petit : on lui voit pareillement une longue trompe, dont il se sert pour sucer les fleurs de grenades, et cette trompe lui reste toute sa vie.

Après s'être défait d'une peau, il change de forme et parait sous celle d'une grande mouche verte, qui ressemble en gros à la cigale ; son vol est alors très-rapide, et le bruit qu'il fait de ses ailes imite le son d'une vielle, ce qui lui a fait donner en cet état le nom de liereman ou vielleur.

Quoique selon le cours ordinaire de la nature, un insecte après être devenu ailé ne subisse plus de changement ; celui-ci, suivant le témoignage des Indiens, que mademoiselle Mérian dit avoir en partie vérifié par sa propre expérience, subit encore une dernière transformation qui le rend lumineux, et lui donne le nom de lautarendraeger, ou de porte-lanterne.

Dans cette transformation, et d'autres changements plus légers qui arrivent à son corps et à ses ailes, il lui sort du devant de la tête une vessie très-longue, colorée de traces rougeâtres et verdâtres, transparente de jour, et qui répand de nuit une lumière à laquelle on peut lire un caractère assez petit.

Cet animal, suivant la représentation qu'on en donne, est bien alors long de quatre pouces, et sa vessie occupe plus du quart de cette longueur.

Avant que mademoiselle Mérian connut la qualité lumineuse de cet insecte, les Indiens lui en apportèrent plusieurs qu'elle renferma dans une grande boite. Effrayée la nuit du bruit singulier qu'elle entendit dans cette boite, elle se leva, fit allumer une chandelle, et alla voir ce que ce pouvait être ; elle ouvrit la boite, et aussitôt il en sortit comme une flamme qui redoubla son émotion ; elle jeta à terre cette boite, qui répandit un nouveau trait de lumière à chaque animal qui en sortait. On conçoit que cette frayeur ne dura pas longtemps, et qu'ayant bientôt fait place à l'admiration, on ne négligea rien pour rattraper des animaux si extraordinaires, qui s'étaient prévalu de la peur qu'ils avaient causée, pour prendre l'essor (D.J.)



Affichages : 592