S. m. cornix frugilega, (Histoire naturelle, Ornithologie) oiseau qui ressemble presque entièrement à la corneille : on les confond souvent, et on les appelle tous les deux du même nom de corneille. Celui qui a servi de sujet pour la description suivante pesait une livre trois onces ; il avait un pied et demi de longueur depuis la pointe du bec jusqu'à l'extrémité de la queue, et seulement un pied quatre pouces jusqu'au bout des ongles ; l'envergure était de trois pieds. Cet oiseau n'a point de jabot ; mais la partie supérieure de l'oesophage est dilatée en forme de petit sac, dans lequel il porte la nourriture de ses petits : il enfonce son bec dans la terre pour chercher des vers, si profondément, qu'il détruit presque entièrement les plumes qui entourent la racine du bec, et celles qui sont depuis la racine jusqu'aux yeux. La peau qui recouvre la base du bec est blanchâtre et farineuse. On distingue les freux des corneilles ordinaires, non-seulement par cette marque, mais encore parce qu'ils sont plus gros, parce que leurs plumes sont luisantes et qu'ils volent et nichent par troupes. Il y a dans chaque aile vingt grandes plumes ; la quatrième est la plus longue : le tuyau des petites plumes du milieu de l'aile qui recouvrent les grandes, est terminé par des soies ou des barbes. La queue a sept pouces de longueur ; elle est composée de douze plumes, dont les extérieures sont plus courtes que celles du milieu. Le bec a deux pouces et demi de longueur ; l'ouverture des narines est ronde, et la langue noire, cartilagineuse, et fourchue. L'ongle du doigt de derrière est long et fort : le doigt extérieur tient au doigt du milieu, comme dans la corneille. Le freux se nourrit de fruits ; c'est pourquoi on l'appelle frugilega et freux : quelquefois aussi il mange des vers de terre. Willug. Ornith. Voyez OISEAU. (I)