Imprimer
Catégorie parente: Histoire naturelle
Catégorie : Ornithologie
S. f. turdus viscivorus major, (Histoire naturelle, Ornithologie) espèce de grive qui est la plus grosse de toutes. Cet oiseau pese quatre onces et demie ; il a onze pouces de longueur depuis la pointe du bec jusqu'à l'extrémité de la queue, et dix-huit pouces d'envergure. Le bec est droit, semblable à celui du merle, ou un peu plus court : la pièce supérieure est brune, et un peu plus longue que l'inférieure ; la langue est dure, creusée en gouttière, fourchue, cartilagineuse, et transparente ; le dedans de la bouche est jaune ; les ouvertures des narines sont grandes, et presque ovales ; l'iris des yeux est de couleur de naisette ; les cuisses, les pattes sont longues, les ongles sont noirs ; le doigt extérieur tient au doigt du milieu à sa naissance, sans qu'il y ait aucune membrane ; la tête est de couleur brune, cendrée ou plombée, et le milieu des plumes est noirâtre ; le dos, la queue, et le croupion, sont de la même couleur, avec quelques teintes de jaune. Les plumes de cet oiseau changent pendant l'été, et deviennent plus cendrées ; la face inférieure est marquée de taches noirâtres assez grandes, depuis le bec jusqu'à la queue ; le haut de la poitrine, les côtés, et le bas-ventre, sont jaunâtres ; le dessous de la poitrine et le ventre sont blancs ; chaque aîle a dix-huit grandes plumes, dont la seconde est la plus longue : elle a cinq pouces ; la pointe des petites plumes qui recouvrent les grandes est blanche. La queue a quatre pouces et demi de longueur, elle est composée de douze plumes. On trouve des chenilles dans l'estomac de cet oiseau. Il chante très-bien au printemps, et ordinairement il se perche au-dessus des arbres sur les chênes, les ormes, etc. Il reste toute l'année dans ce pays-ci, il y niche, il est solitaire, on n'en voit qu'une couple à la fais. Cet oiseau est le moins bon à manger de toutes les grives. Il se nourrit en hiver de baies de houx. On a remarqué que les drennes se tiennent chacune sur un arbre séparé, qu'elles ne s'en écartent pas loin, et qu'elles en éloignent les autres oiseaux. Willughby, Ornit. Voyez OISEAU. (I)
Affichages : 1297