S. m. ficedula, (Histoire naturelle, Ornithologie) beccafigo à Florence ; très-petit oiseau qui est à peine de la grosseur de la linote ordinaire. Le corps est court. La tête, le dos, les ailes et la queue, sont de couleur cendrée ou de feuille morte mêlée de verd ; et dans quelques-uns de ces oiseaux, elle est d'un brun verdâtre. Les grandes plumes des ailes sont de couleur brune ou gris de souris ; leurs tuyaux sont noirs ; les bords extérieurs sont verdâtres, La queue a environ deux pouces de longueur ; elle est brune. Le ventre est blanc ou de couleur argentée ; celle de la poitrine est un peu plus foncée, avec quelque teinte de jaune. Le bec est court ; la pièce supérieure est noire, et l'inférieure bleuâtre. Le dedans de la bouche est rouge. Les pattes sont courtes, de couleur bleuâtre, et quelquefois plombée.

Il est assez difficile de distinguer cet oiseau par le moyen de la description, parce qu'il n'y a rien de tranché dans ses couleurs : aussi y a-t-il plusieurs sortes d'oiseaux que l'on rapporte aux mêmes noms de bec. figue et de ficedula. Willughby, Ornit. Voyez TETE NOIRE. Le bec-figue est excellent à manger : il se nourrit de figues, de raisin, etc. Voyez OISEAU. (I)

* Pour l'apprêter, on le plume ; on lui coupe la tête et les pieds ; on le rotit à la broche ; à mesure qu'il cuit on le saupoudre de croute de pain rapée et mêlée de sel, et on le mange au verjus de grain et au poivre blanc.