S. f. melianthus, (Botanique exotique) genre de plante à fleur polipétale, anomale, composée de quatre pétales disposées tantôt en éventail, et tantôt en forme de cône. Le pistil sort du calice, qui est découpée profondément en plusieurs parties inégales, et devient dans la suite un fruit tétragone et ressemblant à une vessie : ce fruit est divisé en quatre loges, et contient des semences arrondies. Tournefort, Inst. rei herb. Voyez PLANTE.

M. de Tournefort compte trois espèces de ce genre de plante, qui ne diffèrent qu'en grandeur : les Botanistes l'appellent melianthus africanus, à cause de son origine afriquaine.

Cette plante s'élève en général à la hauteur de sept à huit pieds, toujours verte, et en vigueur. Sa tige est de la grosseur d'un, deux, ou trois pouces, ronde, cannelée, rude au toucher, noueuse, solide, rougeâtre.

Ses feuilles sont faites, et à peu près rangées comme celles de la pimprenelle, mais cinq ou six fois aussi grandes, lisses, nerveuses, dentelées profondément tout-autour, de couleur de verd de mer, d'une odeur forte, puante, assoupissante, d'un goût herbeux, un peu styptique.

Ses fleurs naissent aux sommités de la tige disposées en épis, d'un noir rougeâtre, attachées à de petits pédicules rouges, couverts d'un fin coton, portant sous la fleur une feuille de la grandeur de l'ongle, quelquefois purpurine, quelquefois d'un purpurin verdâtre.

Ces fleurs sont irrégulières, à quatre pétales, disposées en main ouverte, ou en cône, soutenues par un calice découpé jusqu'à la base en cinq parties inégales, et contenant au fond un suc mielleux rouge-noir, doux, vineux, et fort agréable.

Quand la fleur est passée, le pistil devient un fruit vésiculaire, gros comme celui du nigella, membraneux, relevé de quatre coins, et divisé en quatre loges, qui renferment des semences rondelettes, noirâtres, luisantes comme celles de la pivoine.

La racine de cette plante est vivace, grosse, branchue, ligneuse, rampante profondément en terre, et s'étendant beaucoup.

La melianthe est originaire d'Afrique : M. Herman professeur en Botanique à Leyde, l'a fait connaitre en Europe, et lui a donné son nom, qui signifie fleur miellée, parce que sa fleur est pleine d'un suc miellé qu'elle distille.

On cultive cette plante en Europe dans les jardins des Botanistes curieux, surtout en Angleterre ; elle y fleurit, et y perfectionne ses graines. Miller vous apprendra sa culture, qui n'est même pas difficile. (D.J.)