S. m. (Histoire naturelle, Zoologie) dama recentiorum, cervus platyceros ; animal quadrupede, différent de celui que les anciens appelaient dama, et qui était une espèce de bouc ; il avait les cornes dirigées en-avant, et la queue s'étendait jusqu'au jarret.

L'animal auquel nous donnons le nom de daim, ressemble beaucoup au cerf, mais il est plus petit, et il en diffère surtout en ce que ses cornes sont larges et plates par le bout. On a comparé cette partie à la paume de la main, parce qu'elle est entourée de petits andouillers en forme de doigts, c'est pourquoi on appelle ces cornes cornua palmata. Voyez CERF.

Willughbi a distingué des daims de quatre espèces, qui étaient en Angleterre dans une ménagerie : 1°. des daims d'Espagne ; ils étaient aussi grands que des cerfs, mais ils avaient le cou plus mince et une couleur plus brune ; leur queue était plus longue que celle des daims ordinaires, et de couleur noirâtre, sans qu'il y eut de blanc en-dessous : 2°. des daims qui avaient différentes couleurs, telles que le blanc, le noir, et une couleur d'arene : 3°. des daims de Virginie, qui étaient plus grands et plus forts que les daims ordinaires ; ils avaient le cou plus grand, et leur couleur approchait plus de la couleur cendrée que de celle de l'arene ; leurs membres et leurs testicules étaient plus gros que ceux des autres : 4°. enfin il y avait des daims dont les sabots des pieds de derrière étaient marqués d'une tache blanche ; ils avaient les oreilles grandes, la queue longue, les cornes branchues, et l'enfoncement qui se trouvait entre les yeux peu profond ; on les nourrissait avec du pain, des pommes, des poires et d'autres fruits. Ray, Synop. anim. quad. (I)

DAIM, (Vénerie) lorsque cet animal se sent poursuivi des chiens, il ne fait pas si longue suite que le cerf : il recherche toujours son pays ; il fuit les voies autant qu'il peut, et prend surtout le change des eaux où il se laisse forcer.

Quand on veut quêter un daim, on Ve volontiers le chercher dans le pays sec où il se met en hardes avec les autres, à la réserve du mois de Mai jusqu'à la fin d'Aout ; pendant ce temps il se retire dans des buissons pour se garantir de l'importunité des moucherons qui le piquent dans cette saison.

Il faut quêter le daim comme le cerf ; et à la réserve du limier et de la suite, on pratique la même chose à l'égard du daim.

On remarque seulement que pour y réussir, il suffit de prendre cinq ou six chiens des plus sages pour lui donner en chasse ; et si l'on rencontre par hasard l'endroit où le daim aura fait son viandis le matin, ou bien de relevée, ou celui de nuit, on laissera pour lors faire les chiens, observant seulement qu'ils prennent le droit pied, car autrement ce serait en vain qu'on chercherait cet animal. Voyez l'article CERF. On appelle ses petits danneaux.

DAIM, (Art mécaniq. Chamoiseur) le daim fournit dans le commerce les mêmes marchandises que le cerf. Sa peau est assez estimée après qu'elle a été passée en huile chez les Chamoiseurs, ou en mégie chez les Mégissiers. On en fait des gants, des culottes, et autres ouvrages semblables. Voyez l'article CHAMOISEUR.