Imprimer
Catégorie parente: Histoire naturelle
Catégorie : Zoologie
cameleo, s. m. (Histoire naturelle, Zoologie) petit animal du genre des animaux à quatre pieds qui font des œufs, comme le crocodile et le lézard, avec lesquels il a beaucoup de ressemblance. Voyez Planche XV. d'Histoire naturelle fig. 2. Nous ne pouvons mieux faire, pour l'histoire du caméléon, que de rapporter ici ce qu'en a écrit M. Formey, secrétaire de l'académie royale des Sciences et Belles-Lettres de Prusse, dans un manuscrit qui nous a été remis.

" Le caméléon est fait comme le lézard, si ce n'est qu'il a la tête plus grosse et plus large : il a quatre pieds, à chacun trois doigts ; la queue longue, avec laquelle il s'attache aux arbres, aussi-bien qu'avec les pieds ; elle lui sert à grimper, et lorsqu'il ne peut atteindre de ses pieds quelque lieu où il veut aller, pourvu qu'il y puisse toucher de l'extrémité de la queue, il y monte facilement. Il a le mouvement tardif comme la tortue, mais fort grave. Sa queue est plate, le museau long : il a le dos aigu, la peau plissée et hérissée comme une scie, depuis le cou jusqu'au dernier nœud de la queue, et une forme de crête sur la tête. Il a la tête sans cou, comme les poissons ; il fait des œufs comme les lézards ; son museau est en pointe obtuse ; il a deux petites ouvertures dans la tête qui lui servent de narines ; ses yeux sont gros, et ont plus de cinq lignes de diamètre, dont l'iris est isabelle, bordée d'un cercle d'or ; et comme il a la tête presqu'immobile, et qu'il ne peut la tourner qu'avec tout le corps, la nature l'a dédommagé de cette incommodité en donnant à ses yeux toutes sortes de mouvements ; car il peut non-seulement regarder de l'un devant lui, et de l'autre derrière, de l'un en-haut et de l'autre en-bas : mais il les remue indépendamment l'un de l'autre avec tous les changements imaginables. Sa langue est longue de dix lignes et large de trois, faite de chair blanche, ronde, et aplatie par le bout, où elle est creuse et ouverte, semblable en quelque façon à la trompe d'un éléphant. Il la darde et retire promptement sur les mouches, qui s'y trouvent attrapées comme sur de la glu ; il s'en nourrit, et il lui en faut très-peu pour se repaitre, quoiqu'il rende beaucoup d'excréments. On dit même qu'il vit longtemps sans autre nourriture que l'air dont il se remplit au soleil jusqu'à ce qu'il en soit enflé. Il n'a point d'oreilles, et ne reçoit ni ne produit aucun son. Il a dix-huit côtes, et son épine a soixante et quatorze vertèbres, y compris les cinquante de sa queue. Il devient quelquefois si maigre qu'on lui compte les côtes, de sorte que Tertullien l'appelle une peau vivante. Lorsqu'il se voit en danger d'être pris, il ouvre la gueule et siffle comme une couleuvre. Gesner et Aldrovande disent qu'il se défend du serpent, par un fétu qu'il tient dans sa gueule.

Le caméléon habite dans les rochers : ce qu'il a de plus merveilleux, c'est le changement de couleur qu'il éprouve à l'approche de certains objets. Il est ordinairement verd, tirant sur le brun vers les deux épaules, et d'un verd jaune sous le ventre, avec des taches quelquefois rouges quelquefois blanches. Sa couleur verte se change souvent en un brun foncé, sans qu'il reste rien de la première couleur : les taches blanches disparaissent aussi quelquefois, ou changent seulement en une couleur plus obscure qui tire sur le violet, ce qui arrive ordinairement lorsqu'il est épouvanté. Lorsqu'il dort sous une couverture blanche, il devient blanc, mais jamais ni rouge ni bleu ; il devient aussi verd, brun ou noir, si on le couvre de ces couleurs : telles sont au moins les relations ordinaires qu'on a données de ce phénomène. Mais il me parait exagéré ; et avant que d'en entreprendre l'explication, il faudrait bien constater le fait. Le P. Feuillée, minime, par exemple, prétend dans son Journal d'observations physiques, mathématiques et botaniques, que le changement de couleurs de cet animal vient des divers points de vue où l'on le regarde ; ce qui n'est point aussi merveilleux que ce qu'en avaient publié les anciens. Mém. de Trévoux, Aout 1727, pag. 1419. M. Souchu de Rennefort assure dans son Histoire des Indes orientales, que les caméléons prennent par les yeux les couleurs des objets sur lesquels ils s'arrêtent. Histoire des ouvr. des Sav. Mars 1688. tom. II. p. 308. Un autre auteur avance qu'il n'est pas vrai que le caméléon change de couleur, suivant les choses sur lesquelles il se trouve ; mais ce changement arrive, selon lui, suivant les différentes qualités de l'air froid ou chaud qui l'environne. Rec. d'Histoire et de Littérat. tom. III. p. 73. Mlle de Scudéry, dans une relation qu'elle a publiée de deux caméléons qui lui furent apportés d'Afrique, assure qu'elle les conserva dix mois, et que pendant ce temps-là ils ne prirent rien du tout. On les mettait au soleil et à l'air, qui paraissait être leur unique aliment : ils changeaient souvent de couleur, sans prendre celles des choses sur quoi on les mettait. On remarquait seulement, quand ils étaient variés, que la couleur sur laquelle ils étaient se mêlait avec les autres, qui par leurs fréquents changements faisaient un effet agréable. Furetière, article Caméléon. Toutes ces diversités demanderaient un examen plus circonspect ; qui épargnât la peine de chercher des explications pour ce qui n'existe peut-être point : cependant l'on en a proposé plusieurs : les uns disent que ce changement de couleurs se fait par suffusion, les autres par réflexion, d'autres par la disposition des particules qui composent sa peau. Elle est transparente, dit le P. Regnault (Entr. de Phys. tom. IV. p. 182.), et renferme une humeur transparente qui renvoye les rayons colorés, à-peu-près comme une lame mince de corne ou de verre. Mathiole rapporte plusieurs superstitions des anciens touchant le caméléon. Ils ont dit que sa langue, qu'on lui avait arrachée étant en vie, servait à faire gagner le procès de celui qui la portait ; qu'on faisait tonner et pleuvoir si l'on brulait sa tête et son gosier avec du bois de chêne, ou si on rôtissait son foie sur une tuile rouge ; que si on lui arrachait l'oeil droit étant en vie, cet oeil mis dans du lait de chèvre ôtait les taies ; que sa langue liée sur une femme enceinte la faisait accoucher sans danger ; que sa mâchoire droite ôtait toute sa frayeur à ceux qui la portaient sur eux, et que sa queue arrêtait des rivières. Ce qui montre que les Naturalistes ont débité des choses aussi fabuleuses que les Poètes.

Il y a en Egypte des caméléons qui ont onze à douze pouces, y compris la queue ; ceux d'Arabie et du Mexique ont six pouces seulement ".

On ne sait pourquoi les Grecs ont donné à une bête aussi vile et aussi laide, d'aussi beaux noms que ceux de petit-lion ou de chameau-lion. Cependant on a soupçonné que c'était parce qu'elle a une crête sur la tête comme le lion : mais cette crête ne parait à la tête du lion, qu'après que les muscles des tempes ont été enlevés. On a aussi prétendu que c'est parce que le caméléon prend les mouches, comme le lion chasse et dévore les autres animaux, qu'il a été comparé au lion de même que le formica leo.

Les caméléons ont les jambes plus longues que le crocodile et le lézard, cependant ils ne marchent aisément que sur les arbres. On en a observé de vivants, qui avaient été apportés d'Egypte. Le plus grand avait la tête de la longueur d'un pouce et dix lignes. Il y avait quatre pouces et demi depuis la tête jusqu'au commencement de la queue. Les pieds avaient chacun deux pouces et demi de long, et la queue était de cinq pouces. La grosseur du corps se trouvait différente en différents temps ; il avait quelquefois deux pouces depuis le dos jusqu'au-dessous du ventre ; d'autres fois il n'avait guère plus d'un pouce, parce que le corps de l'animal se contractait et se dilatait. Ces mouvements étaient non-seulement dans le thorax et le ventre, mais encore dans les bras, les jambes, et la queue ; ils ne suivaient pas ceux de la respiration, car ils étaient irréguliers, comme dans les tortues, les grenouilles, et les lézards. On a Ve ici des caméléons rester enflés pendant plus de deux heures, et demeurer desenflés pendant un plus longtemps ; dans cet état ils paraissent si maigres, qu'on croirait qu'ils n'auraient que la peau appliquée sur leurs squeletes. On ne peut attribuer ces sortes de contractions et de dilatations qu'à l'air que respire l'animal : mais on ne sait pas comment il peut se répandre dans tout le corps, entre la peau et les muscles ; car il y a toute apparence que l'air forme l'enflure, comme dans la grenouille.

Quoique le caméléon qui a été observé, parut fort maigre lorsqu'il était desenflé, on ne pouvait cependant pas sentir le battement du cœur. La peau était froide au toucher, inégale, relevée par de petites bosses comme le chagrin, et cependant assez douce, parce que les grains étaient polis : ceux qui couvraient les bras, les jambes, le ventre, et la queue, avaient la grosseur de la tête d'une épingle ; ceux qui se trouvaient sur les épaules et sur la tête étaient un peu plus gros et de figure ovale. Il y en avait sous la gorge de plus élevés et de pointus ; ils étaient rangés en forme de chapelet, depuis la lèvre inférieure jusqu'à la poitrine. Les grains du dos et de la tête étaient rassemblés au nombre de deux, trois, quatre, cinq, six, et sept ; les intervalles qui se trouvaient entre ces petits amas, étaient parsemés de grains presqu'imperceptibles.

Lorsque le caméléon avait été à l'ombre et en repos depuis longtemps, la couleur de tous les grains de sa peau était d'un gris bleuâtre, excepté le dessous des pattes qui était d'un blanc un peu jaunâtre ; et les intervalles entre les amas de grains du dos et de la tête étaient d'un rouge pâle et jaunâtre, de même que le fond de la peau.

La couleur grise du caméléon changeait lorsqu'il était exposé au soleil. Tous les endroits qui en étaient éclairés prenaient, au lieu de leur gris bleuâtre, un gris plus brun et tirant sur la minime ; le reste de la peau changeait son gris en plusieurs couleurs éclatantes, qui formaient des taches de la grandeur de la moitié du doigt ; quelques-unes descendaient depuis la crête de l'épine jusqu'à la moitié du dos ; il y en avait d'autres sur les côtés, sur les bras : et sur la queue ; leur couleur était isabelle, par le mélange d'un jaune pâle dont les grains se coloraient, et d'un rouge clair qui était la couleur du fond de la peau entre les grains. Le reste de cette peau, qui n'était pas exposée au soleil et qui était demeurée d'un gris plus pâle qu'à l'ordinaire, ressemblait aux draps mêlés de laines de plusieurs couleurs ; car on voyait quelques-uns des grains d'un gris un peu verdâtre, d'autres d'un gris minime, d'autres d'un gris bleuâtre qu'ils ont d'ordinaire ; le fond demeurait rouge comme auparavant. Lorsque le caméléon ne fut plus exposé au soleil, la première couleur grise revint peu-à-peu sur tout le corps, excepté le dessous des pieds qui conserva sa premiére couleur, avec quelque teinte de brun de plus. Lorsqu'on le toucha, il parut incontinent sur les épaules et sur les jambes de devant plusieurs taches fort noires de la grandeur de l'ongle ; quelquefois il devenait tout marqueté de taches brunes qui tiraient sur le verd. Après avoir été enveloppé dans un linge pendant deux ou trois minutes, il devint blanchâtre, ou plutôt d'une couleur grise fort pâle, qu'il perdit insensiblement quelque temps après. Cette expérience ne réussit qu'une seule fais, quoiqu'elle fût répétée plusieurs fois en différents jours, on la tenta aussi sur d'autres couleurs, mais l'animal ne les prit pas. On pourrait croire qu'il ne pâlit dans le linge blanc, que parce qu'il s'y trouva dans l'obscurité, et parce que le linge était froid de même que l'air, qui se trouva plus froid le jour de cette expérience, qu'il ne le fut les autres jours où on la répéta.

La tête de ce caméléon était assez semblable à celle d'un poisson, parce qu'il avait le cou fort court, et recouvert par les côtés, de deux avances cartilagineuses assez ressemblantes aux ouies des poissons. Il y avait sur le sommet de la tête une crête élevée et droite ; deux autres au-dessus des yeux, contournées comme une S couchée ; et entre ces trois crêtes deux cavités le long du dessus de la tête. Le museau formait une pointe obtuse, et la mâchoire de dessous était plus avancée que celle de dessus. On voyait sur le bout du museau, un trou de chaque côté pour les narines, et il y a apparence que ces trous servent aussi pour l'ouie. Les mâchoires étaient garnies de dents, ou plutôt c'était un os dentelé, qui n'a pas paru servir à aucune mastication ; parce que l'animal avalait les mouches et les autres insectes qu'il prenait, sans les mâcher. La bouche était fendue de deux lignes au-delà de l'ouverture des mâchoires, et cette continuation de fente descendait obliquement en-bas.

Le thorax était fort étendu en comparaison du ventre. Les quatre pieds étaient pareils, ou s'il y avait quelque différence, c'est que ceux de devant étaient pliés en-arrière, et ceux de derrière en-devant ; de sorte que l'on pourrait dire que ce sont quatre bras qui ont leur coude en-dedans, y ayant dans chacun l'os du bras et les deux os de l'avant-bras. Les quatre pattes étaient composées chacune de cinq doigts, et ressemblaient plutôt à des mains qu'à des pieds. Elles étaient néanmoins aussi larges l'une que l'autre ; les doigts, qui étaient deux à deux, étant plus gros que ceux qui étaient trois à trois. Ces doigts étaient enfermés ensemble sous une même peau, comme dans une mitaine, et n'étaient point séparés l'un de l'autre, mais paraissaient seulement à travers la peau. La disposition de ces pattes était différente, en ce que celles de devant avaient deux doigts en-dehors et trois en-dedans ; au contraire de celles de derrière, qui en avaient trois en-dehors et deux en-dedans.

Avec ces pattes il empoignait les petites branches des arbres, de même que le perroquet, qui pour se percher partage ses doigts autrement que la plupart des autres oiseaux, qui en mettent toujours trois devant et un derrière ; au lieu que le perroquet en met deux derrière de même que devant.

Les ongles étaient un peu crochus, fort pointus, et d'un jaune pâle, et ils ne sortaient que de la moitié hors la peau ; l'autre moitié était cachée et enfermée dessous : ils avaient en tout deux lignes et demie de long.

Le caméléon marchait plus lentement qu'une tortue, quoique ses jambes fussent plus longues et moins embarrassées. On a cru que les animaux de cette espèce pourraient aller plus vite, et on a soupçonné que c'est la timidité qui les arrête. La queue de celui qui a été observé, ressemblait assez à une vipere ou à la queue d'un grand rat, lorsqu'elle était gonflée ; autrement elle prenait la forme des vertèbres sur lesquelles la peau est appliquée. Lorsque l'animal était sur des arbres, il entortillait sa queue autour des branches ; et lorsqu'il marchait, il la tenait parallèle au plan sur lequel il était posé, et il ne la laissait trainer par terre que rarement.

On l'a Ve prendre des mouches et autres insectes avec sa longue langue. On a trouvé ces mêmes mouches et des vers dans l'estomac et les intestins : il est vrai qu'il les rendait presqu'aussi entiers qu'il les avait pris ; mais on sait que cela arrive à d'autres animaux qui n'ont jamais été soupçonnés de vivre d'air, comme le caméléon. Ce préjugé n'est pas mieux fondé que celui qui a rapport au changement de couleurs, qu'on a dit lui arriver par l'attouchement des différentes choses dont il approche. Mém. de l'acad. royale des Sciences, tome III. part. j. pag. 35. et suiv. Voyez QUADRUPEDE. (I)



Affichages : 2165