S. f. (Histoire naturelle, Botanique) triumfetta, genre de plante à fleur en rose, composée de plusieurs pétales disposés en rond. Le pistil sort du calice, et devient dans la suite un fruit dur, sphérique et hérissé de pointes, qui contient quatre semences anguleuses. Plumier, nova plant. Amer. genera. Voyez PLANTE.

Miller en compte deux espèces, le triumfetta, fructu echinato racemoso. Plum. nov. gen. La seconde, triumfetta fructu echinato racemoso, minor.

La première de ces plantes est fort commune à la Jamaïque, et dans plusieurs autres contrées de l'Amérique. La seconde est rare, et ne se trouve qu'en quelques endroits. Les fleurs de ces plantes sont petites, jaunes, assez semblables à celles de l'aigremoine, et c'est par cette raison qu'on les a mises dans la même classe : ces fleurs croissent en branches aux extrémités des rejetons ; elles ne sont pas fort belles, aussi ne les cultive-t-on que dans les jardins où l'on se propose de répandre de la variété.

La première s'élève à six ou sept pieds de haut ; sa tige est ligneuse ; elle se divise vers le haut en plusieurs branches, dont chacune produit un épi ou un bouquet de fleurs. Ses feuilles sont assez larges, et ressemblent à celles de la malvinda major. La seconde espèce s'élève rarement à plus de trois pieds ; ses feuilles sont plus petites que celles de la première. Sa tige est ligneuse, mais non branchue, et la plante entière est à tous égards plus petite que la précédente.

Dans le système de Linnaeus, le genre de plante appelé triumfetta, n'a point de calice, à-moins qu'on ne donne ce nom à la fleur même ; elle est composée de quatre pétales droits, concaves, obtus à leur extrémité, et recourbés en arrière ; comme ils tombent d'abord après qu'ils sont ouverts, il parait de-là que ce sont plutôt les pétales de la fleur, que les feuilles du calice ; les étamines sont seize filets droits, égalant la fleur en hauteur, et finissant en pointe aiguë ; les bossettes sont simples ; le germe du pistil est arrondi ; le style est simple, et de la longueur des étamines ; le stigma est fendu en deux ; le fruit est une capsule ronde, armée de toutes parts d'épines crochues ; elle contient quatre loges, dans chacune desquelles sont deux semences convexes d'un côté, et anguleuses de l'autre. Il est très-rare cependant qu'il y ait deux graines d'une même loge venant à maturité. Linnaeus, Gen. plant. p. 243. Plumier, Gen. 8. (D.J.)