S. m. pl. (Histoire naturelle, Botanique) spinacia, genre de plante à fleur sans pétales, composée de plusieurs étamines soutenues par un calice. Ces fleurs sont stériles. Les embrions naissent sur les espèces de ce genre qui ne portent point de fleurs, et deviennent dans la suite des semences faites en forme de poire, et renfermées dans des capsules qui ont la même forme dans certaines espèces, et qui sont cornues ou anguleuses dans d'autres. Tournef. Inst. rei herb. Voyez PLANTE. (I)

Les épinars demandent la meilleure terre, dans laquelle on les seme deux ou trois fois l'année, pour en avoir dans plusieurs saisons. On les arrose dans les années trop seches, et on a grand soin de les sarcler. (K)

EPINARS, (Diète) L'épinars cuit à l'eau est en soi, et indépendamment de tout assaisonnement, un aliment peu nourrissant, et de facile digestion : il peut procurer ou entretenir la liberté du ventre.

Il est très-utile dans le cas où l'on interdit l'usage des viandes, sans reduire cependant à celui des bouillons ; comme lorsqu'on commence à manger après des indigestions de viandes ou de poisson : dans les diarrhées qui les suivent, et en général dans les dévoyements accompagnés de rapports nidoreux, dans cette disposition des premières voies, qui donne aux sucs digestifs la tournure alkalescente de Boerhaave.

On peut dire plus généralement encore, et peut-être avec plus de vérité, que l'épinars est un aliment assez sain, et à-peu-près indifférent pour le plus grand nombre de sujets. (b)