Imprimer
Catégorie parente: Histoire naturelle
Catégorie : Botanique
anisum, (Histoire naturelle, Botanique) plante qui doit être rapportée au genre du persil. Voyez PERSIL. (I)

* Sa racine est menue, annuelle, fibrée, blanche : ses feuilles inférieures sont arrondies, d'un verd gai, longues d'un pouce et plus, partagées en trois, crénelées, lisses ; celles qui sont plus haut sont très-découpées : sa tige est branchue, cannelée, et creuse : ses fleurs sont petites, blanches, en rose, disposées en parasol, et composées de cinq pétales échancrées : le calice se change en un fruit oblong, ovoïde, formé de deux semences menues, convexes, et cannelées, d'un verd grisâtre, d'une odeur et d'une saveur douce, très-suave, et mêlée d'une acrimonie agréable. On seme beaucoup d'anis en France, surtout dans la Touraine.

L'analyse de la plante entière et récente, sans la racine, a donné un flegme limpide et odorant, sans aucune marque d'acide ; une liqueur limpide-acide, qui ne se faisait pas apercevoir d'abord, mais qui s'est ensuite manifestée, et qui est devenue enfin un fort acide ; très-peu d'huîle essentielle : ce qui est resté dans l'alambic desséché et distillé à la cornue, a donné une liqueur soit acide, soit alkaline, remplie de sel nitreux, et une huîle soit subtîle et essentielle, soit épaisse comme de la graisse.

La masse noire calcinée au feu de reverbere pendant six heures, a donné des cendres noires qui ont laissé par la lixiviation un sel fixe purement alkali.

La semence contient beaucoup plus d'huîle essentielle que les autres parties. Cette huîle est verdâtre, odorante ; et agréable au goût : on l'obtient par expression et par distillation. Il faut pour l'usage de la Médecine choisir la semence d'anis la plus grosse, la mieux nourrie ; la plus nette, récemment séchée, d'une odeur agréable, et d'un goût doux et un peu piquant : elle contient beaucoup d'huîle exaltée et de sel volatil ; elle est cordiale, stomacale, pectorale, carminative, digestive ; elle excite le lait aux nourrices, et apaise les coliques.

On l'appelle anis-verd, pour la distinguer de l'anis-dragée.

La semence d'anis entre dans le rossoli de six graines, l'eau générale, l'esprit carminatif de Sylvius, le sirop composé de vélar, d'armoise, de roses pâles purgatif, dans les clystères carminatifs, l'électuaire de l'herbe aux puces, la confection hamec, la thériaque, le mithridate, l'électuaire lénitif, le catholicon, dans les poudres diatragacanthe, cordiale et hydragogue, et dans les pilules d'agaric.

L'huîle d'anis est un des ingrédiens des tablettes émétiques et du baume de soufre anisé.



Affichages : 1263