Botanique

(Littérature et Botanique) nous traduisons le mot zéa, des anciens, par épeautre, espèce de froment qui a une enveloppe dont il est fort difficile de le séparer, même en le battant ; mais dans les écrits des anciens grecs, le mot zéa est quelquefois employé pour le libanotès, qui comme on sait est une espèce de laserpitium. On ne peut concevoir qu'on ait confondu ensemble sous un même nom, deux choses aussi différentes qu'un grain semblable au froment, avec une grande et belle plante ombellifère ; et cependant c'est une faute qui a été commune aux Grecs et aux Romains. Il y a plus, c'est que le mot zéa pris pour une espèce de froment dans Dioscoride et Théophraste, n'est point le même grain dans Athénée, car ce dernier nous dit que le pain fait de zéa est le plus pesant et le plus difficile à digérer qu'il y ait ; il ajoute qu'on ne peut cultiver ce grain que dans les pays froids du nord, où l'on en fait du pain noirâtre, pesant et mal-sain ; ainsi le zéa d'Athénée parait être du seigle. Théophraste au contraire, en parlant du zéa, dit qu'il donne un pain plus blanc et plus léger qu'aucun autre froment. Il faut avouer qu'en général les anciens sont très-confus et très-peu d'accord ensemble dans les détails qu'ils nous ont laissés sur les divers grains dont on fait le pain ; mais peut-être qu'à notre tour nous ne sommes pas plus exacts qu'ils l'ont été. (D.J.)
S. m. (Histoire naturelle, Botanique) nom d'un poison que les chasseurs de la Gaule celtique employaient autrefois pour tuer les bêtes qu'ils poursuivaient à la chasse ; c'est par cette raison qu'on le nommait en latin venenum cervinum. Il agissait avec tant de promptitude, qu'aussi-tôt qu'un chasseur avait abattu un cerf ou un autre animal avec une flèche teinte de ce poison, il se croyait obligé de courir sur la bête, et de couper un morceau de chair tout-autour de la blessure, pour empêcher le poison de se répandre et de corrompre l'animal. Il n'est pas étonnant que dans ces temps d'ignorance, on fût imbu de pareils préjugés. (D.J.)
S. m. (Littérature et Botanique) ; il parait par l'étymologie de ce mot, que c'est une espèce de grain moyen entre l'épeautre et le froment ; Galien en fait mention, et dit qu'il croit en Bithynie. (D.J.)
ou CEYBA, (Histoire naturelle, Botanique) arbre d'Amérique qui croit surtout dans le nouveau Mexique. Il devient d'une grandeur surprenante ; mais son bois est si spongieux qu'il n'est d'aucun usage. Son fruit est une espèce de silique remplie d'une substance semblable à de la laine très-fine, que le moindre vent dissipe lorsque leur enveloppe s'ouvre dans la maturité.

S. f. (Histoire naturelle, Botanique) genre de plante distinct du lolium, yvroye, et dont voici les caractères.