En matière bénéficiale, les canonistes tiennent que l'acceptation doit être signifiée dans le temps même de la résignation, et non ex intervallo.

En matière ecclésiastique, elle se prend pour une adhésion aux constitutions des papes ou autres actes, par lesquelles ils ont été reçus et déclarés obligatoires. Voyez CONSTITUTION, BULLE, etc.

Il y a deux sortes d'acceptation, l'une solennelle, et l'autre tacite.

L'acceptation solennelle est un acte formel, par lequel l'acceptant condamne expressément quelque erreur ou quelque scandale que le pape a condamné.

Quand une constitution a été acceptée par tous ceux qu'elle regarde plus particulièrement, elle est supposée acceptée par tous les prélats du monde chrétien qui en ont eu connaissance : et c'est cet acquiescement qu'on appelle acceptation tacite.

En ce sens la France, la Pologne, et autres états, ont accepté tacitement la constitution contre la doctrine de Molinos et des Quiétistes. De même l'Allemagne, la Pologne, et autres états catholiques, ont accepté tacitement la constitution contre Jansénius, Voyez MOLINISTE, JANSENISTE, etc.

ACCEPTATION, en style de Commerce, se dit des lettres de change et billets à ordre. Or accepter une lettre de change, c'est reconnaitre qu'on est débiteur de la somme y portée, et s'engager à la payer à son échéance ; ce qui se fait en apposant simplement par l'accepteur sa signature au bas. Voyez LETTRE DE CHANGE.

L'acceptation se fait ordinairement par celui sur qui la lettre est tirée lorsqu'elle lui est présentée par celui en faveur de qui elle est faite, ou à l'ordre de qui elle est passée. Tant que l'accepteur est maître de sa signature, c'est-à-dire jusqu'à ce qu'il ait remis la lettre acceptée au porteur, il peut rayer son acceptation, mais il ne le peut plus quand il l'a une fois délivrée. Voyez ACCEPTEUR.

Les lettres payables à vue n'ont pas besoin d'acceptation, parce qu'elles doivent être payées dès qu'on les présente, ou à défaut de payement protestées. Dans les lettres tirées pour un certain nombre de jours après la vue, l'acceptation doit être datée, parce que c'est du jour d'icelle que le temps court. La manière d'accepter dans ce cas, est de mettre au bas, J'accepte pour tel jour, et de signer.

Les lettres de change payables à jour nommé, ou à usance, ou à double usance, n'ont pas besoin d'être datées ; l'usance servant assez pour faire connaitre la date du billet. Voyez USANCE. Pour accepter celles-ci, il n'est question que d'écrire au bas, accepté, et de signer.

Si le porteur d'une lettre de change n'en fait point faire l'acceptation à temps, il n'a plus de garantie sur le tireur. Voyez PORTEUR. S'il se contente d'une acceptation à payer dans vingt jours après vue, tandis que la lettre n'en portait que huit, les douze jours de surplus sont à ses risques, en sorte que si pendant ces douze jours l'accepteur venait à faillir, il n'aurait pas de recours contre le tireur. Et si le porteur se contente d'une moindre somme que celle qui est portée par la lettre, le restant est pareillement à ses risques. Voyez PROTET, ENDOSSEMENT. (H)

* Il y a des acceptations sous condition en certain cas, comme sont celles de payer à soi-même, celles qui se font sous protêt simple, et celles sous protêt pour mettre à compte.