Les Philosophes ne sont pas d'accord sur le nombre de classes des différentes affections qu'on doit reconnaitre.

Selon Aristote, elles sont, ou subordonnantes, ou subordonnées. Dans la première classe est le mode tout seul ; et dans la seconde, le lieu, le temps, et les bornes du sujet.

Le plus grand nombre des Péripatéticiens partagent les affections en internes, telles que le mouvement et les bornes ; et externes, telles que la place et le temps. Selon Sperlingius, il est mieux de diviser les affections en simples ou unies, et en séparées ou désunies. Dans la première classe, il range la quantité, la qualité, la place, et le temps ; et dans l'autre, le mouvement et le repos.

Sperlingius parait rejeter les bornes du nombre des affections, et Aristote et les Péripatéticiens, la quantité et qualité : mais il n'est pas impossible de concilier cette différence, puisque Sperlingius ne nie pas que le corps ne soit fini ou borné ; ni Aristote et ses sectateurs, qu'il n'ait le quantum et le quale. Ils ne diffèrent donc qu'en ce que l'un n'a pas donné de rang propre et spécial à quelques affections à qui l'autre en a donné.

On distingue aussi les affections en affections du corps et affections de l'âme.

Les affections du corps sont certaines modifications qui sont occasionnées ou causées par le mouvement en vertu duquel un corps est disposé de telle ou telle manière. Voyez CORPS, MATIERE, MOUVEMENT, MODIFICATION, etc.

On subdivise quelquefois les affections du corps en premières et secondaires.

Les affections premières sont celles qui naissent de l'idée de la matière, comme la quantité et la figure ; ou de celle de la forme, comme la qualité et la puissance ; ou de l'une et l'autre, comme le mouvement, le lieu, et le temps. Voyez QUANTITE, FIGURE, QUALITE, PUISSANCE, MOUVEMENT, LIEU, TEMS.

Les secondaires ou dérivatives sont celles qui naissent de quelqu'une des premières, comme la divisibilité, la continuité, la contiguité, les bornes, l'impénétrabilité, qui naissent de la quantité, la régularité et l'irrégularité qui naissent de la figure, la force et la santé qui naissent de la qualité, etc. Voyez DIVISIBILITE.

Les affections de l'âme sont ce qu'on appelle plus ordinairement passion. Voyez PASSION.

Les affections mécaniques. (Cet article se trouvera traduit au mot MECHANIQUES AFFECTIONS qu'il faudra rapporter ici).