Minéralogie

S. f. (Histoire naturelle et Minéralogie ancienne) nom que les anciens donnaient aux cheminées des fourneaux à fondre le cuivre. Elles allaient en se retrécissant du bas au sommet, afin que les vapeurs du métal en fusion s'y attachassent, et que la cadmie s'y formât en plus grande quantité. Voyez Dioscoride, Saumaise.
S. f. (Histoire naturelle, Minéralogie) lapis fissilis, ardesia, ardosia ; espèce de schist, matière de la nature de l'argile, de couleur bleue ou grise, ou même rousse, qui se divise en lames minces, plates et unies, qu'on emploie pour couvrir les maisons. Cette espèce de couverture n'était pas connue des anciens ; le nom d'ardoise est nouveau, mais cette matière a servi dans les temps passés de moilon pour la construction des murs. On en fait encore aujourd'hui le même usage dans les pays où il s'en trouve des carrières. On dit que la plupart des murs d'Angers sont bâtis de blocs d'ardoise, dont la couleur rend cette ville d'un triste aspect. L'ardoise est tendre au sortir de la terre ; mais exposé à l'air, elle acquiert assez de dureté pour soutenir le poids d'un bâtiment : c'est par cette raison apparemment qu'on lui a donné le nom de pierre. Cependant ce n'est qu'une terre plus dure qu'une autre ; c'est un schist, un argile, comme nous l'avons dit, mais qui se trouve à une grande profondeur dans la terre. A mesure qu'on creuse davantage, on trouve cette terre plus dure et plus seche ; elle est disposée par bans, dans lesquels il y a des fentes qui se trouvent si près les unes des autres, que les lames qu'elles forment ont très-peu d'épaisseur. C'est par ces fentes qu'on les divise, lorsqu'on les prépare à servir de couverture aux bâtiments.

(Minéralogie) ce mot est allemand : on s'en sert dans les mines pour désigner un minéral qui n'est bon à rien ; on l'appelle en latin pseudo-galena, galena inanis, mica. Henckel, dans sa Pyritologie, dit que c'est une pierre martiale, stérile, composée de parties arsénicales, et d'une terre qui résiste à l'action du feu. Il y entre aussi du souffre. On la trouve surtout dans les mines de plomb et d'argent. Hoffman regarde les blendes comme la matrice de ces métaux. Il y en a de plusieurs espèces et couleurs ; les plus ordinaires sont noires, luisantes, et ressemblantes à la mine de plomb, quoiqu'elles ne soient point si brillantes ; on les appelle sterile nigrum et en allemand pech blende. Il y en a, outre cela, de brunes, de rouges, de jaunes, de cendrées, et de blanchâtres. Celles qui sont jaunes ou de couleur d'or, se nomment katsen gold, or de chat ; celles qui sont blanches s'appellent katsen silber, argent de chat. A la simple inspection et au poids, on est tenté de croire que ce minéral contient du métal : mais il ne s'y en trouve jamais que peu ou point-du-tout. Ces blendes déplaisent souverainement aux Fondeurs ; car non-seulement elles ne fournissent rien de bon, mais elles sont affamées des autres minéraux, et les rendent réfractaires. Le savant M. Pott a fait une dissertation très-étendue sur ce minéral.

(Minéralogie) ou en Latin galena tessulata ; c'est le nom allemand d'une mine de plomb ainsi décrite, par M. Cramer, dans sa Docimasie : " c'est une mine de plomb fort riche, composée d'un assemblage de petits cubes équilatéraux et de parallèlepipedes oblongs, formés par de petites lames minces, polies et brillantes : cette mine est fort pesante, et se casse aisément. La fonte en est aisée ; cependant elle demande un feu plus fort que le plomb même : la raison en est l'abondance du soufre, qui est caché dans cette mine et qui en fait presque un quart. Si on s'y prend comme il faut, un quintal de cette mine doit donner 65 à 70 livres de plomb ". Il s'en tire aussi quelquefois 3 ou 4 onces d'argent ; s'il s'y en trouvait davantage, on aurait lieu de soupçonner une veine d'argent dans le voisinage. (-)
(Minéralogie) on donne ce nom dans les mines d'Allemagne, à une espèce de mine de plomb sulphureuse et arsénicale ; elle est jaune, mêlée de taches cendrées et noirâtres, et grasse au toucher : elle se trouve à l'entrée des Gangues. Ce minéral ressemble assez au plomb pur : mais il est très-difficile d'en tirer du métal par la fonte. (-)