Gymnastique

S. m. (Gymnastique) nom du gladiateur renvoyé avec honneur, après des preuves de sa force et de son adresse dans les spectacles de l'amphithéâtre. On lui donnait pour marque de son congé un fleuret de bois, appelé rudis, d'où lui vient le nom de rudiarius.

S. m. (Antiquité, Gymnastique) sorte de bêche, de hoyau, de truelle des anciens ; c'était un instrument avec lequel les athletes s'exerçaient à remuer la terre ou le sable du stade, pour fortifier les parties supérieures de leur corps : on doit rapporter à ce mot ce passage de Festus : Rutrum tenentis juvenis est effigies in capitolio, ephebi, more Graecorum, arenam ruentis, exercitationis gratiâ ; quod signum Pompeius Bithynicus ex Bithyniâ supellectilis regiae Romam deportavit ; c'est-à-dire, " on voit au capitole la statue d'un jeune homme qui tient une petite truelle, avec laquelle il semble s'exercer à jeter du sable à la manière des Grecs : cette statue fut apportée de Bithynie à Rome par Pompée ". (D.J.)
S. m. (Gymnastique) un des cinq exercices qui composaient le pentatle. Le saut consistait ou à franchir un fossé, quelque élévation ou quelque espace marqué. Ainsi, les anciens distinguaient plusieurs sortes de sauts, comme on peut le voir dans Mercurialis, liv. II. ch. xj. il suffit de dire ici, pour ne point ennuyer le lecteur d'une compilation de termes scientifiques, que celui qui sautait le mieux et le plus loin, obtenait le prix. (D.J.)

ou SCAMACHIE, s. f. (Gymnastique médicinale) , de , combattre ; espèce d'exercice en usage chez les anciens, qui consistait dans des agitations des bras pareilles à celles d'une personne qui se battait contre son ombre.

On mettait ces sortes d'exercices au rang des gymnastiques médicinaux, parce que le combattant luttait de la tête et des talons, ou avec des gantelets contre une ombre. Il doit, dit Oribase, se servir non seulement de ses mains, mais encore de ses jambes, en luttant avec une ombre, se mettre quelquefois dans l'attitude d'un homme qui saute et qui se jette sur son adversaire, et faire usage de ses talons comme un lutteur ; tantôt il doit s'élancer en devant, et tantôt se retirer comme forcé par un adversaire plus fort que lui.

S. m. (Gymnastique) , espèce de palet avec lequel les anciens s'exerçaient ; il ne différait du disque que par sa figure sphérique. Potter, archaeol. graec. tom. I. p. 443.