Physiologie

S. f. (Physiologie) est le temps de l'accroissement dans la jeunesse, ou l'âge qui suit l'enfance, et qui se termine à celui où un homme est formé. Voyez ACCROISSEMENT et AGE. Ce mot vient du latin adolescère, croitre.

L'état d'adolescence dure tant que les fibres continuent de croitre et d'acquérir de la consistance. Voyez FIBRE.

SOUPLESSE, s. f. (Physiologie) disposition au mouvement dans les membres ou parties destinées à être mues. Voyez MUSCLE et MUSCULAIRE. (L)
adj. (Physiologie) suc albumineux, dans l'Oeconomie animale, est une espèce d'huile fort fixe, tenace, glaireuse et peu inflammable, qui forme le sang et les lymphes des animaux. Ses proprietés sont assez semblables à celles du blanc-d'œuf ; c'est ce qui lui a fait donner le nom de suc albumineux. Voyez SUC et HUILE.

S. m. (Physiologie) est tout ce qui peut se dissoudre et se changer en chyle par le moyen de la liqueur stomachale et de la chaleur naturelle, pour être ensuite converti en sang, et servir à l'augmentation du corps ou à en réparer les pertes continuelles. Voyez NOURRITURE, CHYLE, SANG, NUTRITION, etc. Ce mot est latin, et vient du verbe alere, nourrir.

adj. (Physiologie) ce qui a rapport aux aliments ou à la nourriture. Voyez NOURRITURE, etc.

Les anciens médecins tenaient que chaque humeur était composée de deux parties ; une alimentaire, et une excrémentitielle. Voyez HUMEUR et EXCREMENT.

Conduit ALIMENTAIRE, est un nom que Tyson et quelques autres auteurs donnent à cette partie du corps, par où la nourriture passe depuis qu'elle est entrée dans la bouche, jusqu'à sa sortie par l'anus, et qui comprend le gosier, l'estomac, les intestins. Voyez ESTOMAC, etc.