S. f. (Pharmacie et Thérapeutique) la fomentation est une espèce d'épitheme caractérisée par la circonstance d'être appliquée à chaud. Voyez ÉPITHEME.

La fomentation est ou liquide ou seche. La première se compose des décoctions ou des infusions de diverses parties des végétaux ; on en fait aussi quelquefois avec le vin, l'oxicrat, le lait tiede, les huiles par expression, l'eau-de-vie, l'urine, etc.

La plupart des remèdes externes peuvent s'appliquer sous forme de fomentation : ainsi on peut faire des fomentations émollientes, discussives, répercussives, résolutives, fortifiantes, stupéfiantes, etc. Voyez ces articles.

Les fomentations sont assez communément employées dans le traitement des affections extérieures ; il y a apparence qu'on néglige trop ce secours dans la curation des maladies internes ; on ne les met plus en usage que dans l'inflammation des viscères du bas-ventre et la retention d'urine. Voyez INFLAMMATION, RETENTION D'URINE. Les fomentations appliquées sur le bas-ventre dans les plaies pénétrantes de cette partie, ou après les opérations de Chirurgie faites sur les viscères qu'il renferme, comme la taille, la réduction des hernies, etc. sont destinées à prévenir des affections intérieures. La fomentation la plus usitée dans ce cas, est composée d'huile rosat et de vin.

La manière d'appliquer les fomentations liquides, c'est d'en imbiber des linges ou des flanelles, et de les étendre mollement sur la partie.

Les fomentations seches qui sont fort peu usitées, sont plus connues sous le nom d'épitheme sec, et plus encore sous ceux que portent les espèces particulières d'épitheme. Voyez EPITHEME. (b)