Médecine & Matière médicale

(Médecine et Matière médicale) nom général donné aux différents remèdes vantés en médecine dans les cas où il s'agit d'expulser, ou de faire mourir les vers qui se trouvent dans le corps humain, surtout dans l'estomac et les entrailles. Exposons en peu de mots, d'après Hoffman, ce qu'il faut penser de ces différents remèdes, et quelles sont les précautions à observer en usant des uns ou des autres.

On compte ordinairement au nombre des vermifuges les acides, tels que le suc de citron, d'orange, de limon, de groseille, d'épine-vinette et de grenade ; le phlegme et l'esprit de vitriol ; la crême de tartre, le vin tartareux du Rhin, et le vinaigre ; tous ces remèdes ne sont de saison, que lorsqu'il y a complication de chaleur, d'ardeur contre nature, et de commotion fébrile ; alors non-seulement ils corrigent la chaleur, mais ils résistent puissamment à la putréfaction, et détournent la malignité dangereuse des symptômes.

REMEDES, (Médecine et Matière médicale) ce sont des remèdes propres à fortifier les viscères, c'est-à-dire à donner de la vigueur et de la fermeté aux viscères sanguins ; comme le foie, la rate, l'utérus, les reins, les poumons, afin qu'ils s'acquittent plus exactement de leurs fonctions.

Cette classe renferme donc les remèdes vulgairement appelés hépatiques, spléniques, pneumoniques, utérins, cachectiques, anti-hydropiques, anti-ictériques, anti-hystériques et anti-phtisiques.

Dans cette intention, on ne peut que recommander l'usage des racines de gentiane rouge, d'aristoloche ronde et longue, de chicorée sauvage, de zédoaire, de fougère, de vraie rhubarbe, de rapontic, de safran bâtard, d'arrête-bœuf ; les écorces de quinquina, de cascarille, de winter, de tamarisc, de frêne, de caprier, de cassia lignea ; les feuilles d'absynthe, de petite centaurée, de fumeterre, de chardon beni, de treffle d'eau, d'hépatique, de mélisse, de pulmonaire tachetée, de scolopendre, d'aigremoine, de marrube, de véronique, de scabieuse, d'épithyme, de capillaire, de piloselle, etc.