Imprimer
Catégorie parente: Physique particulière
Catégorie : Chimie
S. m. pl. (Chimie) Les Chimistes ont donné le nom de demi-métaux à certaines substances qui se trouvent dans les entrailles de la terre, minéralisées à la façon des métaux, qui comme ces derniers étant séparées des matières étrangères avec lesquelles elle étaient minéralisées, ont un éclat, une pesanteur, un aspect qui fait qu'on les prendra toujours pour des substances métalliques. C'est cette dernière qualité que les Chimistes expriment très-bien par ces mots latins, facies metallica. Lorsqu'on les expose au feu, elles entrent en fonte à la façon des métaux ; elles prennent le fluor métallique, pour parler le langage de l'art. Mais les demi-métaux diffèrent des vrais métaux en plusieurs points : 1°. ils sont bien moins fixes au feu, et même ils sont presque tous susceptibles d'une volatilisation totale : 2°. ils perdent leur phlogistique beaucoup plus vite et à un feu bien moindre que celui qu'il faut pour calciner les métaux ; excepté cependant le plomb et l'étain, qui se calcinent aussi très-aisément : 3°. et c'est ici la différence essentielle, les métaux sont ductiles et malléables, au lieu que les demi-métaux ne le sont point du tout ; au contraire, ces derniers sont aigres et cassants, et se réduisent en poudre avec assez de facilité sous le marteau ou le pilon, à l'exception du zinc qui souffre plusieurs coups de marteau sans se rompre, et que l'on peut même couper avec le ciseau.

On a toujours compté jusqu'à présent cinq demi-métaux, savoir l'antimoine, c'est-à-dire le régule d'antimoine (car l'antimoine vulgaire ou l'antimoine crud est proprement ce demi-métal uni avec du soufre, et non l'antimoine pur), le bismuth, le zinc, le régule d'arsenic (& non pas l'arsenic, parce que l'usage qui fait donner ce dernier nom à la chaux d'arsenic a prévalu), et enfin le mercure. Ce dernier corps n'est pas mieux placé parmi les demi-métaux que parmi les métaux, où les anciens et les modernes, peu versés dans les connaissances métalliques, l'ont placé ; car il diffère des uns et des autres par cette fluidité qu'il conserve si constamment à quelque froid qu'on l'expose, et par quelques autres qualités qui lui sont particulières. Voyez MERCURE.

Nous avons dit que jusqu'à présent on n'avait compté que cinq demi-métaux : Cramer, dans son excellent traité de Docimasie, édit. 1744, n'en compte que quatre ; le régule d'antimoine, le bismuth, le zinc, et le régule d'arsenic : mais M. George Brandt savant chimiste Suédais, docteur en Médecine, censeur de la Métallurgie, et directeur du laboratoire chimique de Stokolm, a découvert un nouveau demi-métal ; c'est le régule de cobalt. Voyez les art. particul. ANTIMOINE, BISMUTH, ZINC, ARSENIC, COBALT. (b)



Affichages : 822