Manège

S. f. (Manège) longe de fil large de trois doigts, fort épaisse, longue de trois ou quatre taises, dont on se sert pour abattre un cheval, ou pour lever ses jambes dans un travail, afin de faciliter plusieurs opérations du maréchal.

PLATE-LONGE, (Chasse) bande de cuir longue, qu'on met au cou des chiens qui sont trop vites, afin de les arrêter : ces bandes s'appellent aussi bricoles.

S. m. terme général d'ouvriers, ce mot se dit, par exemple, en parlant de selle de cheval, d'épée, de fleuret, etc. C'est pour l'épée ce qui est en forme de petite pomme au bout de la poignée de l'épée ; pour la selle, c'est ce qui est en manière de pomme au haut, et sur le milieu du devant de la selle du cheval. (D.J.)

POMMEAU, en terme de Manège, est une pièce de cuivre qui est au haut et au milieu de l'arçon de la selle où l'on attache les pistolets, le chapelet ou quelques hardes qu'on porte. Voyez SELLE.

S. f. terme de Manège ; ce cheval manie, fait les pirouettes à deux pistes avec une grande prestesse, c'est-à-dire une extrême vitesse.
adj. On appelle ainsi, en terme de Manège, un cheval rétif, qui résiste aux éperons et s'y attache, qui rue, qui recule, qui saute plusieurs fois en l'air pour jeter le cavalier en bas ; en quoi il diffère du chatouilleux, qui après y avoir résisté quelque temps, obéit ensuite, et va beaucoup mieux par la peur d'un jarret vigoureux, lorsqu'il sent étendre la jambe, qu'il ne va par le coup même. Les ramingues sont dangereux, en ce qu'ils sont sujets à doubler des reins, et à faire des ponts-levis. Voyez PONT-LEVIS.
adj. en terme de Manège, se dit d'un cheval bouleté des boulets de derrière, et qui ne marche par conséquent que sur la pince ; c'est ordinairement un défaut que le cheval apporte en naissant. Voyez BOULET, BOULETE.