Maladie

S. f. (Maladie) Voyez STUPIDITE. C'est aussi le vice du fat. Voyez ci-devant FAT.
S. f. (Maladie) , est un mot grec composé de , felis, chat, et de , homo, homme, qui sert à exprimer une sorte de délire mélancolique, dans lequel les personnes qui en sont affectées se croient changées en chats ; comme dans la lycantrophie et la cynantrophie, elles se croient changées en loups, en chiens, et imitent les manières des animaux auxquels elles s'imaginent être devenues semblables. Voyez MELANCOLIE. Sennert et Bellini font mention de la galéantropie ; le premier rapporte même une observation concernant ce symptôme singulier de maladie d'esprit. (d)
S. f. (Maladie) c'est une sorte d'affection cutanée, qui est la même que celle qui est appelée essere. Voyez ESSERE.
S. f. (maladie) voyez PIERRE.

GRAVELLE, voyez CENDRES.

(Maladie) c'est une épithète que les Grecs ont donnée à une sorte de fièvre, qui étant de sa nature continue, exacerbante, c'est-à-dire avec redoublement, tient cependant du caractère de la fièvre intermittente tierce, par le type ou l'ordre de ses redoublements : c'est l', febris hemitritaea seu semi-tertiana, de Galien, de Sennert.

La fièvre hémitritée, ou l'hémitritée, ce mot étant souvent employé substantivement, ou ce qui est la même chose, la demi-tierce, est donc cette espèce de fièvre dans laquelle, outre les redoublements de la fièvre continue quotidienne, dont les retours sont réglés, il survient encore de deux en deux jours un redoublement plus considérable qui se fait sentir à la même heure, et correspond aux accès de l'espèce de fièvre intermittente, appelée tierce : en sorte que chaque troisième jour, à compter du premier accès, il y a deux redoublements, c'est-à-dire, celui de la fièvre quotidienne et celui de la fièvre tierce, intermittente, qui est comme entée sur la continue ; et le jour intermédiaire n'a qu'un redoublement, qui est de celle-ci : ainsi la fièvre ne cesse point, ne diminue point jusqu'à l'apyrexie, jusqu'à l'intermittence complete ; mais dans la diminution de tous les symptômes, dans la rémission surviennent tous les jours des redoublements de quotidienne continue, et de plus de deux jours en deux jours, des paroxysmes tiercenaires, qui sont encore plus forts que les autres, et tels qu'ils paraissent dans la véritable fièvre intermittente tierce.