ou DRAGONNEAUX, s. m. pl. terme de Médecine dont on se sert pour désigner de petits vers capillaires auxquels on a supposé une figure relative à ce nom, parce qu'ils semblent lever la tête sur la surface du corps comme de petits dragons. On les appelle aussi à cause de leur ressemblance avec des cheveux, crinones ; ils naissent sous la peau de différentes parties du corps des enfants surtout, et leur causent une maladie nommée par plusieurs auteurs improprement morbus pilaris, qui est un autre genre de maladie. Voyez POIL, PILAIRES.

Les enfants qui ont des dragonneaux, deviennent ordinairement très-maigres, quoiqu'ils paraissent d'ailleurs se bien porter ; ils tetent bien, ils mangent avec appétit, et cependant ils ne se nourrissent pas, quoiqu'il ne se présente aucune cause de maigreur ; ce qui fait soupçonner que leur peau est infectée de ces vers, qui sont nommés comedones, gloutons, parce qu'on croit communément qu'ils consument le suc des aliments destiné à nourrir le corps, dans lequel ils s'engendrent.

Les dracuncules diffèrent des cirons, en ce que ceux-ci ressemblent à de très-petits poux qui naissent dans des pustules qui se forment sous l'épiderme de la paume des mains, et de la plante des pieds principalement.

Les dragonneaux paraissent avoir une figure allongée comme des fils ou des cheveux ; mais on a découvert, par le moyen du microscope, qu'elle n'est pas si simple. Ils ont une tête assez grosse, respectivement au reste du corps, qui est allongé et se termine en forme de queue un peu velue : ils sont de couleur cendrée, ils ont deux yeux ronds, assez grands, avec deux antennes assez longues : ils se tiennent ordinairement sur les parties charnues, particulièrement sur le dos, les épaules et les bras, de même que sur les cuisses et les jambes. Ils viennent aux enfants surtout, comme il a été dit, et à ceux d'entr'eux qui sont les plus jeunes et les moins robustes.

C'est l'insensible transpiration supprimée qui donne lieu à ce qu'il naisse des dracuncules, comme l'a soupçonné avec fondement Horstius, liv. IV. observat. 53. Si la matière de cette excrétion se trouve être d'une qualité peu acre, et qu'elle soit onctueuse, étant arrêtée dans les couloirs de la peau, elle y contracte un commencement de putréfaction qui donne occasion au développement des germes renfermés dans les œufs d'insectes infiniment petits et de différentes sortes, qui sont portés dans le sang, avec le lait, par rapport aux aliments d'où il provient ; ou avec les bouillies, ou autres préparations alimentaires, dont se nourrissent les enfants. Ces œufs, sans cet accident, n'auraient trouvé dans aucune partie du corps un levain propre à les faire éclore ; comme ceux qui sont posés sur des morceaux de viande en hiver, ne sont point fécondés par défaut de chaleur et de mouvement intestin, dans les sucs de cette portion d'animal qui sont nécessaires pour donner lieu au développement de l'insecte qui se trouve renfermé dans ces particules séminales.

Ces vermisseaux ainsi développés dans les pores cutanés, s'y remuent, et excitent un sentiment de demangeaison, de picotement extraordinaire, en irritant les fibres nerveuses des téguments, qui sont fort sensibles : le prurit est presque continuel, et plus ou moins fatiguant ; ce qui rend les enfants inquiets, les fait plaindre, crier, s'agiter, leur procure des insomnies ; en sorte que malgré qu'ils prennent bien le téton, qu'ils l'épuisent même, ils ne laissent pas de maigrir sensiblement de plus en plus ; vraisemblablement parce que leurs cris, leurs tourments continuels empêchent qu'ils ne digèrent et qu'ils ne travaillent assez bien le chyle et le sang, pour le convertir en lymphe nourricière, de qualité convenable pour conserver leur embonpoint, d'où résulte peu-à-peu la consomption et le desséchement : ainsi il y a tout lieu de penser que ce ne sont pas les vers eux-mêmes qui consument la substance de ces petits infortunés.

Dès que l'on est assuré que le corps d'un enfant est infecté de dracuncules ou crinons, on peut l'en délivrer promptement, en le plongeant dans un bain tiéde, où on le frotte bien avec du miel : cette opération excite la sueur, qui fait sortir ces vermisseaux sous la forme de gros cheveux ; dès qu'ils montrent la tête hors de la peau, il faut les racler avec un rasoir ou une croute de pain tranchante, et on les détruit ainsi. D'autres, au lieu d'oindre les parties affectées de miel, comme il vient d'être dit, mettent les enfants dans une lessive, dans laquelle on a fait bouillir dans un sachet de la fiente de poules : il faut les plonger jusqu'au cou jusqu'à ce qu'ils soient bien disposés à la sueur, ensuite on excite les dracuncules à sortir de dessous la peau, en la frottant légèrement avec la main un peu emmiellée ; et dès qu'ils paraissent, on les ratisse de la manière mentionnée. Il faut répéter cette manœuvre pendant deux ou trois jours, jusqu'à ce qu'il n'en paraisse plus.

Si les dracuncules sont trop abondants, ou qu'ils se régénèrent trop aisément pour qu'on puisse les détruire entièrement par les moyens qui viennent d'être exposés, il faut employer la méthode de Timaeus, qu'il rapporte in suis casibus in morbis infantium, qui consiste à donner intérieurement de la teinture d'antimoine, ou, ce qui peut produire le même effet, de la poudre de vipere ; à mettre les enfants dans le bain et les frotter de la manière ci-dessus prescrite, à les laver ensuite avec une eau aloètique faite avec deux livres d'eau d'absinthe, dans laquelle on ait dissout deux onces d'aloès hépatique : cette lotion tue surement tous ces vermisseaux, et fait cesser toute disposition à ce qu'il en renaisse. Voyez Etmuller, dans son traité intitulé collegium practicum, de morbis infantium, dans la dissertation qu'il appelle valetudinarium infantile ; et dans une observation qu'il place à la fin du premier volume de ses œuvres, avec une planche qui représente les dracuncules, tels qu'on les voit au microscope. On peut aussi consulter les œuvres de Velschius, de vermiculis capillaribus infantium et de venâ medinensi. Pierre à Castro, dans son Traité de colostro, recommande beaucoup la pratique des femmes portugaises contre les dracuncules, qui consiste à mêler de la suie de cheminée avec du lait et du miel, et en frotter la partie affectée de ces vermisseaux. On peut aussi employer avec succès dans ce cas, après le bain, la pommade mercurielle dont on fait usage contre la gale, pourvu que le mercure y entre à moindre dose.

Les chiques, qui attaquent les enfants de la Misnie, sont de véritables dracuncules.

Amatus Lusitanus, cur. 64. cent. 7. rapporte, comme témoin oculaire, une observation d'une substance en forme de vers, de trois coudées de longueur, tirée peu-à-peu, après plusieurs jours, du talon d'un jeune domestique Ethiopien, qui lui causait de très-grandes douleurs. Le fait s'étant passé à Thessalonique, il vit à cette occasion un médecin arabe, qui lui dit que cette maladie est fort commune et très-dangereuse dans l'Egypte, dans l'Inde et tous les pays voisins : elle est appelée par Avicenne vena Medina, et par Galien dracunculus ; mais il n'y a pas apparence que ce soit la même maladie qui est désignée sous ces noms différents, parce que la veine de Medine, telle que l'observation d'Amatus en donne l'idée, est autre chose que les dracuncules, tels qu'Etmuller les décrit : ceux-ci sont très-courts respectivement, ils peuvent être tirés par morceaux, sans conséquence ; ceux-là sont très-longs, plus solides ; et si on vient à les rompre en les tirant, il s'ensuit des douleurs beaucoup plus violentes qu'auparavant.

Comme d'après la découverte des polypes d'eau douce on s'est convaincu que le taenia n'est autre chose qu'un polype, et qu'il se reproduit par végétation, n'y aurait-il pas lieu de croire que les dragonneaux sont aussi de vrais polypes, puisque les portions qui restent sous les téguments après la rupture de celles qui en ont été tirées, ne sont pas privées de mouvement, et sont aussi nuisibles que lorsque les vers sont encore entiers ?

Parmi les observations de Médecine de la société d'Edimbourg, on en trouve une (vol. VI. art. 75.) par laquelle il conste que les dragonneaux de Guinée causent quelquefois des ulcères dans les parties qu'ils affectent, qui peuvent avoir des suites très-fâcheuses, et que l'on a tiré de différents endroits de la jambe d'un jeune homme, dans l'île Bermude, des portions de ces vers jusqu'à la longueur de 90 pieds. Voilà un fait qui semble bien propre à confirmer l'analogie des dracuncules avec le taenia.

Avant Etmuller, il ne parait pas que l'on fût bien certain que les dragonneaux fussent des animaux ; Ambraise Paré le nie, plusieurs autres établissent des doutes à ce sujet. Voyez Dudithius, epist. 12. lib. XIII. Wierius, lib. II. observ. de varenis, qui prétend que l'empereur Henri V. est mort de la maladie des dracuncules. Voyez aussi Sennert, qui traite ex professo ce sujet, practic. lib. XI. part. 11.

Ruisch fait mention, thesaur. anat. lib. III. n° 14. d'un ver de Guinée, de ceux qui affectent les pieds des habitants de ce pays avec de très-grandes douleurs. On parvient à le préparer, sans lui rien ôter de sa longueur qui est très-considérable, quoiqu'il soit très-délié, et à lui conserver aussi sa couleur au naturel.

Il y a bien des gens incommodés de ces vers dans l'Amérique méridionale. Voyez VER. (d)