Imprimer
Catégorie parente: Physique particulière
Catégorie : Médecine
la gomme, (Histoire naturelle, Médecine et Chimie) c'est un suc gommeux qui est tantôt en filets longs, cylindriques, entortillés de différente manière, semblables à de petits vers ou à des bandes roulées et repliées de différente manière ; tantôt en grumeaux blancs, transparents, jaunâtres ou noirâtres, secs, sans gout, sans odeur, un peu gluans. Elle vient de Crète, d'Asie, et de Grèce. La bonne est en vermisseaux, blanche comme de la colle de poisson, sans ordures. Elle découle, ou d'elle-même, ou par incision, du tronc et des branches d'une plante appelée tragacantha exotica flore parvo, texis purpureis striato. Voyez TRAGACANTHA. La gomme adragant analysée donne du flegme liquide, sans odeur et sans gout, une liqueur flegmatique, roussâtre, d'une odeur empyreumatique, d'un goût un peu acide, un peu amer, comme des noyaux de pêche, et donnant des marques d'un acide violent ; une liqueur légèrement roussâtre, soit acide, soit urineuse alkaline ; une huîle roussâtre, soit subtile, soit épaisse : la masse noire restée au fond de la cornue était compacte comme du charbon, et calcinée pendant vingt-huit heures, elle a laissé des cendres grises dont on a tiré par lixivation du sel alkali fixe. Ainsi la gomme adragant a les mêmes principes et presqu'en même rapport, que la gomme arabique. Voyez gomme ARABIQUE. Elle contient cependant un peu plus de sel acide, moins d'huîle et plus de terre : elle ne se dissout ni dans l'huîle ni dans l'esprit-de-vin. Elle s'enfle macérée dans l'eau ; elle se raréfie, et se met en un mucilage dense, épais, et se dissolvant à peine dans une grande quantité d'eau ; aussi s'en sert-on pour faire des poudres, et pour réduire le sucre en trochisques, pilules, rotules, gâteaux, tablettes. Elle épaissit les humeurs, diminue le mouvement, enduit de mucosité les parties excoriées, et adoucit par conséquent les humeurs. On l'emploie dans les toux seches et acres, dans l'enrouement, dans les maladies de poitrine causées par l'acreté de la lymphe, dans celles qui viennent de l'acrimonie des urines, dans la dysurie, la strangurie, l'ulcération des reins. On en unit la poudre avec des incrassants et des adoucissants, et on la réduit en mucilage avec l'eau-rose, l'eau de fleur d'orange ; on s'en sert rarement à l'extérieur.
Affichages : 1237