adj. se dit en Médecine, d'une espèce de douleur, il signifie alors une douleur poignante ou pongitive. Ce terme vient du latin stimulus, aiguillon, parce que la douleur est comme un aiguillon qui réveille et ranime les mouvements de la machine en produisant une irritation ou un chatouillement désagréable.

STIMULANS, remèdes âcres, irritants, dont l'énergie est très-considérable. Ces remèdes sont en général tous les amers, tous les sels volatils et fixes, les sels neutres ou androgyns, les sels volatils huileux, les baumes, les teintures âcres, telles que celle de soufre, de scories, de foie et de régule d'antimoine.

Tous ces remèdes sont indiqués dans tous les cas où l'atonie de nos fibres est trop grande, et où la viscosité de nos humeurs obstrue nos vaisseaux au point d'empêcher leur oscillation. On peut conclure de-là que tous les remèdes atténuans sont autant de stimulans, parce qu'en divisant les humeurs et en redonnant du ressort aux fibres, ils rétablissent l'équilibre entre les solides et les fluides.