S. m. (Anatomie) le derrière, cette partie de l'homme qui comprend les fesses et le fondement. Ce mot s'applique à plusieurs autres choses.

CUL D'ASNE, voyez ORTIE DE MER.

CUL DE CHEVAL, voyez ORTIE DE MER.

CUL ROUGE, voyez EPEICHE.

CUL D'UN VAISSEAU, (Marine) On nomme ainsi son arrière. Voyez Planche III. fig. 1. le dessein de la poupe d'un vaisseau. (Z)

Cul de port ou de porc, (Marine) ce sont de certains nœuds qu'on fait à des bouts de cordes : il y en a de doubles et de simples. (Z)

CUL-DE-LAMPE, terme d'Architecture ; espèce de pendantif en forme pyramidale renversée, servant à soutenir une tourelle, une guérite, ou tout autre ouvrage d'Architecture qui ne monte pas de fond. On appelle aussi cul-de-lampe, tout ornement de Sculpture qui conserve cette forme, et qui soutient une figure, un trophée ou un vase, ainsi que ceux qui tiennent lieu de consoles et qui portent les statues qui sont placées au-devant des pilastres de la nef et du chœur de saint Sulpice, à l'imitation des anciens, qui plaçaient ordinairement à la hauteur du tiers inférieur de leurs colonnes, des espèces d'encorbellements sur lesquels ils posaient des figures, ainsi qu'on le remarque dans les desseins des ruines de Palmire, dont un recueil fort estimé vient d'être mis au jour par les Anglais. (P)

CULS-DE-LAMPE, (Gravure) c'est dans la Gravure, tant en bois qu'en cuivre, et même en fonte, des ornements qu'on met à la fin d'un livre ou des chapitres, lorsqu'il y a du blanc qui ferait un trop grand vide, et serait desagréable à voir nud. On les tient de forme un peu pointue par le bas, et telle à-peu-près qu'une lampe d'église : de-là leur est venu le nom de cul-de-lampe. A l'égard des grandeurs qu'ils ont, ceux qui servent à de grands in-fol. sont d'environ quatre pouces en carré ; ils ont quelque chose de moins pour les petits in-fol. pour les in -4°. trois pouces au plus ; aux in -8°. un pouce et demi ; et aux in -12. un pouce ; ce qui cependant n'est qu'une mesure générale, chacun les ordonnant suivant les places à remplir. Voyez FLEURONS et PLACARDS.

Les Imprimeurs composent des culs-de-lampe de différentes petites vignettes de fonte, arrangées de façon que le premier rang soit plus long que le second, le second plus long que le troisième, et ainsi de suite jusqu'à la fin, toujours en rétrécissant, et terminé par une seule ou deux pièces au plus. Anciennement on faisait volontiers les frontispices ou premières pages dans ce gout, mais cela n'est plus d'usage.

CUL-DE-SAC, en Architecture, est une petite rue fermée par un bout.

CUL-DE-FOUR, (Coupes des pierres) est une voute sphérique ou sphéroïde, de quelque ceintre qu'elle sait, surhaussée ou en plein ceintre, quoique les culs-de-four dont elle tire son nom, soient très-surbaissés. L'arrangement de leurs voussoirs peut varier et leur donner différents noms, comme en pendantif, en plan de voute, d'arrête, etc. (D)

CUL DE CHAPEAU, se dit communément d'un chapeau dont on a coupé tout le bord jusqu'au lien, c'est-à-dire jusqu'au bas de la forme ; mais en terme de Chapelier, le cul du chapeau ne s'entend que du dessus de la tête : ainsi, faire le cul d'un chapeau, est une expression qui signifie mettre le chapeau sur une plaque chaude, couverte de papier et de toile un peu humide, et le tourner sur le fond de la forme, après avoir mis une forme de bois dans la cavité de la tête. Voyez CHAPEAU.

CUL DE POELE, (Jardinage) se dit en fait de dessein d'une allée, d'un tapis de gason, ou d'un canal fait en long, et terminé par un ovale formant une poile. (K)

CULS-DE-SAC, (Jardinage) ce sont des extrémités d'allées qui n'ont point d'issue, telles qu'on en trouve dans les bosquets et les labyrinthes. On donne le même nom aux rues qui n'ont point de sortie.

CUL DE VERRE, (Maréchalerie) espèce de brouillard verdâtre qui parait au fond de l'oeil de quelques chevaux, et qui dénote qu'ils ont la vue mauvaise. Farcin, cul de poule, voyez FARCIN.

Avoir le cul dans la selle, se dit du cavalier, quand il est bien assis dans la selle, de façon que son derrière ne lève pas, et ne parait pas hors de la selle. (V)

CUL DE CHALANS, terme de Rivière ; espèces de bateaux qui se fabriquent aux ports de Saint-Dizier, Moeslin et Estrepy.

CUL-PENDANT, terme de Rivière ; expression usitée dans les ports, pour le placement des bateaux.