S. f. terme d'Anatomie, qui se dit de plusieurs parties du corps qui ont quelque ressemblance avec le chorion.

Ce mot vient du grec , chorion, et , ressemblance.

Choroïde se dit particulièrement d'une membrane intérieure qui revêt immédiatement le cerveau, ainsi appelée parce qu'elle est parsemée de quantité de vaisseaux comme le chorion. On l'appelle plus communément la pie-mère ou la petite meninge. Voyez MENINGE et MERE.

On appelle aussi choroïde la seconde tunique de l'oeil qui est immédiatement sous la sclérotique. Elle nait de cette partie de la pie-mère qui enveloppe la papille du nerf optique ; de-là elle marche en-devant, entre la rétine et la sclérotique, et embrasse l'humeur vitrée en forme de sphère. Dans tout ce trajet elle tient à la sclérotique, tant par des artérioles et de petites veines, que par quelque cellulosité, dans laquelle on a trouvé quelquefois la graisse dans le veau, mais antérieurement à la fin de la sclérotique opaque, où elle est unie à la cornée. Là, la choroïde devenue plus épaisse et plus calleuse, adhere fortement à cette extrémité commune de la cornée, faisant un ceintre blanc, que Maitre-Jean et Veslingius appellent orbiculo-ciliaire ; et M. Winslow, ligament ciliaire.

Dans le foetus elle est blanchâtre en-dehors, et en-dedans d'un rouge brun. Elle est pareillement d'un brun rouge dans l'adulte, en-dehors, comme le raisin noir ; intérieurement, teinte d'une couleur vive qui pâlit avec l'âge, et blanchit dans la vieillesse dans un grand nombre de brutes : elle est extérieurement brune ou noire ; en-dedans d'un verd vif et argenté dans les poissons. MM. de l'académie des Sciences, dans leur livre de la dissection des animaux, disent, au sujet de la lionne, que cette tunique colorée peut se séparer de la choroïde. Voilà ce qui a donné le premier indice de ces deux lames, dont l'interne a été nommé ruyschienne, par Ruysch qui l'a découverte. Haller, comment. Boerh.

M. Mariotte soutient que la vision se fait plutôt dans la choroïde que dans la rétine. Il a pour lui Bartholomaeus Torrinus et M. Meri, qui sont du même sentiment ; mais tous les autres auteurs sont du sentiment contraire. Voyez VISION, RETINE, etc. (L)

CHOROÏDE, adj. (Anatomie) Le plexus choroïde est une toile vasculaire très-fine, remplie d'un grand nombre de ramifications artérielles et veineuses ; et en partie ramassée en deux paquets flottants, qui s'étendent dans les cavités des ventricules latéraux, un dans chaque ventricule, et en partie épanouie en manière d'enveloppe qui couvre immédiatement, avec une adhérence particulière, les couches des nerfs optiques, la glande pinéale, les tubercules quadri-jumeaux, et les parties voisines tant du cerveau que du cervelet. (L)