S. m. en Anatomie, est le nom que l'on donne aux muscles obliques de l'oeil, nommés ainsi de la direction de leurs fibres circulaires, et de leur action amateurs. Voyez AMATEUR, OBLIQUE, ILOEIL.

ROTATEUR, le, (Sculpture antique) c'est ainsi qu'on appelle une belle figure déterrée dans les fouilles de Rome, et transportée il y a près d'un siècle dans le palais ducal de Florence.

Cette figure représente l'esclave qui, suivant le récit de Tite-Live, liv. II. ch. iv. entendit par hasard le projet que faisaient les fils de Brutus pour rétablir dans Rome les Tarquins, et qui sauva la république naissante, en révélant leur conjuration au consul.

Prodita laxabant portarum claustra tyrannis

Exulibus, juvenes ipsius consulis et quos, &c.

Occulta ad patres produxit crimina servus.

Matronis lugendus. Juvénal, sat. viij.

Les personnes les moins attentives remarquent, en voyant cette statue, dit M. l'abbé du Bos, que cet esclave qui se courbe et qui se montre dans la posture convenable pour aiguiser le fer qu'il tient, afin de paraitre uniquement occupé de ce travail, est néanmoins distrait, et donne son attention, non pas à ce qu'il semble faire, mais à ce qu'il entend. Cette distraction est sensible dans tout son corps, et principalement dans ses mains et dans sa tête. Ses doigts sont bien placés comme ils doivent l'être, pour peser sur le fer, et pour le presser contre la pierre à aiguiser, mais leur action est suspendue. Par un geste naturel à ceux qui écoutent en craignant qu'on ne s'aperçoive qu'ils prêtent l'oreille à ce qu'on dit, notre esclave tâche de lever assez la prunelle de ses yeux, pour apercevoir son objet sans lever la tête, comme il la leverait naturellement, s'il n'était pas contraint. (D.J.)