Anatomie

(Anatomie) nom d'une espèce de glande ronde dans laquelle le rapport de l'orifice à la cavité de la glande n'est pas fort grand. Ruisch a donné particulièrement ce nom aux glandes situées sur le dos de la langue, et aux glandes simples des intestins. Voyez LANGUE et INTESTIN. (L)
en Anatomie, est une espèce de lentille solide, sphérique devant et derrière, composée d'une infinité de segments sphériques, fibreux étroitement unis, fort transparents ; il est plus près de la cornée que la rétine, et il est composé d'une infinité de vaisseaux, comme nous l'apprennent le dessechement, la diminution du poids, la contraction de ce corps. Il est destiné à rompre les raiyons, de manière qu'il les rassemble sur la rétine, et y forme l'image des objets qu'y doit produire la vision. Voyez OEIL, REFRACTION, VISION, RETINE, etc.

S. f. (Anatomie) membrane très-fine qui, selon quelques auteurs, renferme le crystallin. Les Anatomistes sont divisés même sur l'existence de cette membrane, qu'on appelle aussi membrane arachnoïde, à cause de la finesse de son tissu. Voyez ARACHNOÏDE. (L)
adj. en Anatomie, se dit de quelques parties relatives au cubitus. Voyez CUBITUS.

Le muscle cubital externe est situé le long du coude extérieurement. Il vient du condyle externe de l'humerus ; et passant son tendon sous le ligament annullaire, il s'insere au quatrième os du métacarpe, qui soutient le petit doigt.

Le cubital interne est placé obliquement le long de l'avant-bras. Il vient du condyle interne de l'humerus, et d'une partie de l'os du coude, sous lequel il se porte, jusqu'à ce qu'il vienne passer sous le ligament annulaire, et il s'insere par un tendon court et fort au quatrième os du premier rang du carpe.

en Anatomie, est un os du bras, qui est long, dur, et creux dans son milieu.

Le cubitus est situé à la partie interne de l'avant-bras, et s'étend depuis le coude jusqu'au poignet ; il est gros à son extrémité supérieure, et devient plus mince à son extrémité inférieure.

A son extrémité supérieure il a deux apophyses, une antérieure nommée coronoïde, qui est reçue dans la fosse antérieure ; l'autre postérieure appelée olécrane, qui est reçue dans la fosse postérieure de l'extrémité de l'humerus.