Anatomie

adj. en Anatomie, se dit de toutes les parties situées à la gauche du plan qu'on peut imaginer diviser le corps de devant en-arrière et de haut en-bas, en deux parties égales et symétriques. (L)

adj. en Anatomie, ce qui appartient aux joues. La glande génale est une glande conglomérée, et comme une appendice de la parotide : il n'est donc pas surprenant que son canal s'insere toujours dans celui de la parotide. Voyez PAROTIDE. (L)
S. f. en Anatomie, se dit de la chair ferme et immobile, qui occupe le dessus des alvéoles ou petits trous, dans lesquels les dents sont comme enchâssées. Voyez DENT.

Maladies chirurgicales des gencives. Les personnes saines ont les gencives fermes, vermeilles, et bien collées autour de la couronne de chaque dent, dont elles fortifient l'union dans l'alvéole. Les gencives sont sujettes à se tuméfier dans différentes affections contre nature ; elles deviennent lâches et molles, quelquefois elles s'enflamment et deviennent noirâtres ; elles s'ulcèrent et exhalent une odeur putride et gangreneuse : c'est ce qu'on voit principalement dans le scorbut.

adj. en Anatomie, se dit d'un muscle de l'os hyoïde, qui aussi-bien que son pareil est court, épais et charnu ; ils prennent leur origine de la partie interne de la mâchoire inférieure qu'on appelle menton ; ils sont larges à leur origine ; ils se retrécissent ensuite, et vont s'attacher à la partie supérieure de la base de l'os hyoïde. Voyez HYOIDE. (L)
adj. pris s. en Anatomie, se dit d'une paire de muscles qui prennent leur origine de la partie interne de la symphise du menton, au-dessous des génio-hyoïdiens ; ils s'élargissent ensuite, et vont s'attacher à la base de la langue. Voyez LANGUE, MENTON. (L)