Pharmacie

S. m. (Pharmacie) onguent dont la cire fait la base. Les modernes préparent leur cérat avec des substances grasses et huileuses, des gommes, des résines, des baumes et des poudres, unis ensemble par une quantité suffisante de cire, à laquelle ils ajoutent quelquefois des mucilages et différentes sortes de sucs ; en sorte que la composition soit plus épaisse qu'un onguent, et plus molle qu'un emplâtre.

La règle prescrite par les auteurs, est de prendre huit parties d'huile, de graisse ou de suc, quatre de cire, et deux de poudre, d'autres prennent trois onces d'huile, une demi-once de cire, et trois dragmes de poudre.

emplâtre de (Pharmacie). on trouve dans presque toutes les pharmacopées un emplâtre agglutinant et résolutif, décrit sous le nom d'emplâtre de charpy : en voici la composition tirée de la pharmacopée de Charas. Prenez du vieux charpy coupé menu, huit onces ; de l'huile commune et de l'eau de fontaine, de chacun huit livres : cuisez-les ensemble sur un feu modéré jusqu'à consomption d'un tiers : coulez-les ensuite et les exprimez fortement : puis cuisez l'expression avec deux livres de céruse bien pulvérisée, en consistance d'emplâtre : fondez-y après cela de la cire jaune, une livre ; et quand la matière sera à-demi refroidie, vous y mêlerez les poudres suivantes ; savoir de la myrrhe, du mastich, de l'oliban, de chacun trois onces ; de l'aloès, deux onces ; et l'emplâtre sera fait. Cet emplâtre est dans le cas d'un grand nombre de compositions pharmaceutiques, qui tirent leur nom de leur ingrédient le plus inutile. (b)
S. m. (Pharmacie) est une emplâtre résolutive, fortifiante, où on fait entrer la cire et le safran. Lemeri.

S. m. (Pharmacie) le nom de clairet est donné à certains vins médicamenteux, composés, édulcorés avec un peu de sucre. Voyez VIN MEDICAMENTEUX.

On trouve dans les différents dispensaires la préparation d'un grand nombre de ces clairets destinés à remplir différentes indications, tels que le clairet laxatif de Minsycht, le clairet anti-apoplectique du même auteur, le clairet pectoral de Thomas Hoffman, etc.

S. f. (Pharmacie) Le mot de clarification qui, pris dans son sens le plus étendu, parait exprimer une dépuration quelconque d'une liqueur trouble, a été presque restreint par l'usage à cette espèce particulière de dépuration qui s'opère par le moyen du blanc d'œuf et des autres substances animales, qui se coagulent à un certain degré de chaleur.

Cette opération est en usage en Pharmacie, pour séparer de toutes les liqueurs troubles qui peuvent supporter l'ébullition, les parties féculentes ou insolubles, qui par leur suspension dans ses liqueurs en occasionnent l'opacité.