en Jardinage, est une espèce de parterre de pièces de gason découpées, avec bordures en glacis et arbres verds à ses encognures et autres endroits: on en tond quatre fois l'année le gason, pour le rendre plus velouté. L'invention de ce parterre est venu d'Angleterre, aussi bien que son nom qui a été fait de boule, qui signifie rond, et de green, verd pré ou gason. (P)

Il y a des boulingrins simples; il y en a de composés.
Les simples sont tout de gason, sans aucun autre ornement.
Les composés sont coupés en compartiments de gason, mêlés de broderie, avec des sentiers, des plates-bandes, des ifs et arbrisseaux de fleurs.
Les sables de différentes couleurs ne contribuent pas peu à les faire valoir.

Il ne faut point trop renfoncer les boulingrins: on donne un pied et demi de profondeur dans les petits, et deux pieds dans les plus grands. Six à sept pieds de long suffisent pour la longueur des talus; on peut aller jusqu'à huit à neuf pieds pour les plus grands.
Le boulingrin représenté dans la Pl. V. est situé dans un bosquet, dont il forme une salle où l'on entre par les quatre milieux; il est accompagné de chaque côté d'une rangée de caisses et de pots; et à un des bouts d'un bassin entouré d'une rangée de tilleuls taillés en boules: quatre bancs s'enfilent et terminent les deux allées latérales vers la palissade: le fond du boulingrin est sablé de sable jaune ou rouge, et comparti dans une pièce de gason avec des enroulements dans les angles: on voit à sa tête un fleuron de broderie pour varier avec le reste; et quatre vases sont posés dans les échancrures du haut.
On trouvera la manière de tracer ce boulingrin à l'article Tracer. (K)