S. m. GLANDÉE, s. f. (Jardinage) gland est le fruit du chêne ; glandée est la recolte du gland.

GLAND, en Anatomie, signifie le bout ou le bouton de la verge de l'homme, ou cette partie qui est couverte du prépuce, et que l'on appelle en latin balanus. Voyez les Planch. anat.

Le gland n'est qu'une dilatation de l'extrémité de la substance spongieuse de l'urethre qui est formée en bosse, et rebroussée aux deux bouts coniques des corps caverneux qui aboutissent à cet endroit. Voyez URETHRE, VERGE, etc.

L'extrémité du prépuce est sujette à s'étrecir dans les vieillards au point de ne pouvoir contenir le gland, ce qui vient peut-être du défaut d'une fréquente érection. Voyez PREPUCE et ERECTION.

On se sert aussi du terme de gland pour signifier le bout ou l'extrémité du clitoris, par rapport à sa ressemblance avec le gland de la verge de l'homme, l'un et l'autre ayant la même figure, et étant destinés aux mêmes fonctions. Voyez Planch. anat. Voyez aussi CLITORIS.

La principale différence qu'il y a entr'eux, c'est que le gland du clitoris n'est point percé ; il est couvert aussi d'un prépuce. Chambers. (L)

Quelquefois le gland ne se montre point ouvert aux enfants nouveaux nés, soit par une membrane qui placée au bout de l'urethre ferme le passage à l'urine, soit parce que l'on n'aperçoit aucune marque d'urethre ; il y en a des exemples par-tout, dans Ronssaeus, Doderic-à-Castro, Vander-Wiel, et autres ; ces deux vices de naissance demandent un prompt secours.

Quelquefois le trou de l'extrémité de l'urethre est si petit, que l'urine sort par ce trou goutte-à-goutte, et quelquefois découle en plus grande quantité par une autre partie du corps comme le périnée.

Quelquefois on rencontre cette seconde ouverture à quelqu'autre partie du pénis, outre celle du gland, en sorte que l'urine passe par deux issues ; je trouve des observations du gland ou de la verge percée de deux trous, dans Vesale, anatom. lib. V. chap. 14. Hilden, cent. j. observ. xiij. Plateri observ. lib. III. Borelli observ. medicar. cent. jv. observ. xiij. &c.

Enfin il arrive quelquefois que le gland est percé ailleurs que dans l'endroit ordinaire, comme au-dessous, au-delà du filet, au milieu de la verge, et même on a vu la perforation de l'urethre se rencontrer près du bas-ventre, ce qui rend ceux qui sont dans ce dernier cas inhabiles au mariage.

L'imperforation du gland demande d'abord qu'on s'en aperçoit la main adroite, éclairée et les instruments de la chirurgie ; on fait avec la lancette l'ouverture nécessaire jusqu'à-ce que l'urine coule, et cette ouverture est facile, lorsque l'imperforation ne consiste que dans la peau qui couvre le gland ; quand les parois de l'urethre sont adhérantes, on doit observer de faire l'ouverture plus grande que petite, et d'introduire ensuite une petite canule de plomb dans l'incision afin de former une cicatrice plus égale.

Si l'urine coule goutte-à-goutte, parce que le trou du gland est trop petit, il faut l'élargir aux deux extrémités avec la lancette ou la pointe du bistouri, et puis introduire la petite canule de plomb pour la même raison que nous venons d'alléguer.

Si le gland n'est point percé dans l'endroit ordinaire, mais au-dessous, au-delà du filet, et même plus loin, il est très-difficile de remédier à ces facheux défauts de conformation ; il faut en méditer longtemps la méthode curative, et rassembler toutes les lumières de l'art pour l'enrichir par de nouveaux progrès ou par de nouveaux doutes ; car les doutes conduisent à la science. (D.J.)

GLAND, en terme de Tabletier-Cornetier, est une espèce de pince de bois dont les mâchoires sont plates et carrées ; c'est avec le gland que l'on tient le peigne pour le travailler.

GLAND, en terme de Marchand de modes, sont deux branches faites en demi-cercle de souci d'hanneton, de nœuds de soie, de bouclé, et que l'on met dans les garnitures aux creux ou vides formés par les festons ; ces glands sont faits par les Rubaniers. Voyez RUBAN.

GLAND, (Rubanier) est une espèce de bouton couvert de perles ou de longs filets d'or, d'argent, de soie, de laine ou de fil, avec une tête ouvragée de la même matière, et des filets pendants ; ce sont les Tissutiers-Rubaniers-Frangiers qui les fabriquent.