Jardinage

S. m. lilium floribus reflexis montanum, (Jardinage) est une plante bulbeuse, qu'on peut regarder comme une espèce de lys ; du haut d'une tige de deux pieds s'élèvent des ramilles où viennent des fleurs dont les feuilles sans queue sont recourbées en s'ouvrant et se frisent ; il en sort de petits brins avec leurs chapiteaux, dont celui du milieu est plus élevé ; ils fleurissent l'été.

Ses couleurs sont variées ; on en voit de jaunes, de pourprées, de blanches, de rouges.

v. act. (Jardinage). On dit masquer une basse-cour, un bâtiment, une montagne ou quelque aspect désagréable, quand on plante au-devant un rideau de charmille ou un bois.
S. f. (Jardinage) c'est la coction du suc nourricier qui se fait au-dedans des fruits par la chaleur de la terre, et qui de durs qu'ils étaient, rend leur substance plus tendre et plus agréable au gout. C'est le temps que le fruit parait propre à cueillir et bon à manger : ce temps varie, selon la qualité de la terre et l'exposition des fruits. " La Quintinie, tome II. pag. 198. ne peut souffrir les gens qui tâtonnaient les fruits, soit sur l'arbre, soit cueillis, et qui pour trouver un fruit à leur goût en gâtent cent avec l'impression violente de leur malhabile pouce. "

S. f. (Jardinage) est l'endroit du jardin où s'élèvent les melons ; il est ordinairement renfoncé et soutenu par des murs ou entouré de brises-vent de paille. Les couches qu'on y forme servent non seulement à élever les plantes les plus délicates, mais elles fournissent tout le terreau si nécessaire dans les jardins.
MURE, (Jardinage) quand les fruits sont trop mûrs, l'on dit qu'ils sont passés de temps. Le soleil fait meurir les fruits, et l'on peut avancer leur maturité en les exposant davantage au soleil ; si ce sont des arbres encaissés ou empotés. Si les arbres sont en place, on dégarnit les fruits de feuilles dans le temps de la maturité.