S. m. pl. (Histoire ecclésiastique) hérétiques qui parurent en France dans le xij. siècle, et qui furent ainsi nommés de leur chef Henri Hermite de Toulouse, disciple de Pierre de Bruys. Leurs erreurs étaient à peu près les mêmes que celles des Pétrobrusiens, savoir en ce qu'ils rejetaient le culte extérieur et les cérémonies de l'Eglise ; la célébration de la messe, l'usage des temples et des autels, les prières pour les morts, la récitation de l'office divin, et qu'ils croyaient que le sacrement de Baptême ne devait être conféré qu'aux adultes. Ils furent réfutés par saint Bernard, et également proscrits par la puissance ecclésiastique et par la séculière. Voyez ALBIGEOIS. Dupin, Bibliot. des Aut. eccles. du xij. siècle. (G)