S. m. (Histoire civile et ecclésiastique) Ce nom, selon M. Ducange, a été autrefois employé pour signifier un trésorier du pape et de l'empereur. Il vient de l'allemand kammer-ling, qui signifie chambrier, ou maître de la chambre, ou trésorier ; et dans une charte de l'empereur Lothaire, on trouve un Berthold qui exerçait la charge de trésorier, appelé camerling.

Aujourd'hui ce nom n'est plus en usage qu'à Rome, où par camerlingue on entend le cardinal qui régit l'état de l'Eglise et administre la justice. C'est l'officier le plus éminent de cette cour, parce qu'il est à la tête des finances. Pendant la vacance du saint siège il fait battre monnaie, marche en cavalcade accompagné des suisses de la garde et autres officiers, et fait publier des édits. Le cardinal camerlingue a sous lui un trésorier général, un auditeur général, et est président d'une chambre ou bureau des finances, composée de douze prélats qu'on nomme clercs de la chambre. Le cardinal Annibal Albani, neveu de Clément XI. est aujourd'hui camerlingue du saint siège. (G)