Imprimer
Catégorie parente: Science de Dieu
Catégorie : Histoire ecclésiastique
S. f. (Histoire ecclésiastique) mangeoire des animaux. S. Luc raconte que la sainte Vierge et S. Joseph n'ayant pu trouver place dans l'hôtellerie publique, furent obligés de se retirer dans l'étable où la sainte Vierge mit au monde Jesus-Christ, et l'ayant emmailloté, le coucha dans une creche. Les anciens pères qui parlent du lieu de la naissance du Sauveur, marquent toujours qu'il naquit dans une caverne creusée dans le roc. S. Justin et Eusebe disent que ce lieu n'est pas dans la ville de Bethléem, mais à la campagne près de la ville. Ils en devaient être mieux informés que d'autres, puisque S. Justin était du pays, et qu'Eusebe y avait sa demeure. Saint Jérome met cette caverne à l'extrémité de la ville de Bethléem, vers le midi.

La sainte Vierge fut obligée de mettre l'enfant Jesus nouveau-né dans la creche de l'étable où elle était, parce qu'elle n'avait point de berceau ni d'autre lieu où le placer. La creche était apparemment ménagée dans le rocher, et il pouvait y avoir au-dedans de la creche de pierre une auge de bois où l'enfant Jesus fut couché. La creche que l'on conserve à Rome est de bois. Un auteur latin cité dans Baronius sous le nom de S. Chrysostome, dit que la creche où Jesus-Christ fut mis était de terre, et qu'on l'avait ôtée pour mettre en sa place une creche d'argent.

Les Peintres ont accoutumé de représenter auprès de la creche du Sauveur un bœuf et un âne. On cite pour ce sentiment le passage d'Isaïe : le bœuf a reconnu son maître, et l'âne la creche de son seigneur ; et ces autres d'Abacuc, vous serez connu au milieu de deux animaux ; et plusieurs pères disent que Jesus-Christ dans la creche a été reconnu par le bœuf et par l'âne : L'auteur du poème sous le nom de Lactance, est exprès pour ce sentiment, aussi-bien que l'auteur du livre des promesses cité sous le nom de S. Prosper. Mais nonobstant ces autorités, plusieurs critiques doutent que le bœuf et l'âne aient été dans l'étable de Bethléem, ni l'Evangile ni les anciens pères ne l'ayant point remarqué, et les passages d'Isaïe et d'Abacuc, que l'on cite pour le prouver, ne le marquant pas distinctement. Calmet, diction. de la bible. (G)

CRECHE, (Hydraulique) espèce d'éperon bordé d'une file de pieux, et rempli de maçonnerie devant et derrière les avant-becs de la pile d'un pont. C'est encore une file de pieux en manière de bâtardeau rempli de maçonnerie, pour empêcher que l'eau ne dégravoye un pilotis. (K)

CRECHE, Voyez MANGEOIRE.



Affichages : 915