Imprimer
Catégorie parente: Science de Dieu
Catégorie : Histoire ecclésiastique
S. m. (Histoire ecclésiastique) espèce de vêtement à l'usage des Bernardins, des Bénédictins, etc. Il y a deux sortes de capuchons ; l'un blanc, fort ample, que l'on porte dans les occasions de cérémonie : l'autre noir, qui est une partie de l'habit ordinaire.

Le. P. Mabillon prétend que le capuchon était dans son origine, la même chose que le scapulaire. Mais l'auteur de l'apologie pour l'empereur Henri IV. distingue deux espèces de capuchon ; l'une était une robe qui descendait de la tête jusqu'aux pieds, qui avait des manches, et dont on se couvrait dans les jours et les occasions remarquables ; l'autre une sorte de camail pour les autres jours : c'est ce dernier qu'on appelait proprement scapulaire, parce qu'il n'enveloppait que la tête et les épaules. Voyez SCAPULAIRE.

Capuchon, se dit plus communément d'une pièce d'étoffe grossière, taillée et cousue en cone, ou arrondie par le bout, dont les Capucins, les Récollets, les Cordeliers, et d'autres religieux mendiants, se couvrent la tête.

Le capuchon fut autrefois l'occasion d'une grande guerre entre les Cordeliers. L'ordre fut divisé en deux factions, les frères spirituels, et les frères de communauté. Les uns voulaient le capuchon étroit, les autres le voulaient large. La dispute dura plus d'un siècle avec beaucoup de chaleur et d'animosité, et fut à peine terminée par les bulles des quatre papes, Nicolas IV, Clément V, Jean XXII, et Benait XII. Les religieux de cet ordre ne se rappellent à présent cette contestation qu'avec le dernier mépris.

Cependant si quelqu'un s'avisait aujourd'hui de traiter le Scotisme comme il le mérite, quoique les futilités du docteur subtil soient un objet moins important encore que la forme du coqueluchon de ses disciples, je ne doute point que l'agresseur n'eut une querelle fort vive à soutenir, et qu'il ne s'attirât bien des injures.

Mais un Cordelier qui aurait du bon sens ne pourrait-il pas dire aux autres avec raison : " Il me semble, mes pères, que nous faisons trop de bruit pour rien : les injures qui nous échapperont ne rendront pas meilleur l'ergotisme de Scot. Si nous attendions que la saine philosophie, dont les lumières se répandent partout, eut pénétré un peu plus avant dans nos cloitres, peut-être trouverions-nous alors les rêveries de notre docteur aussi ridicules que l'entêtement de nos prédécesseurs sur la mesure de notre capuchon ". Voyez les articles CORDELIERS et SCOTISME.



Affichages : 3306