S. m. pl. (Histoire ecclésiastique) se disait dans la primitive Eglise, des nouveaux chrétiens, ou des payens nouvellement convertis à la foi. Voyez CATHECUMENE.

Ce mot signifie nouvelle plante ; il vient du grec , nouveau, et , je produis, comme qui dirait nouvellement né ; le baptême que les Néophytes recevaient était regardé comme une nouvelle naissance. Voyez BAPTEME.

On ne découvrait point aux Néophytes les mystères de la religion. Voyez MYSTERE.

Le mot de Néophytes s'applique aussi aux proselytes que font les missionnaires chez les infidèles. Les néophytes du Japon, sur la fin du xvj. et au commencement du xvij. siècle, ont montré, dit-on, un courage et une fermeté de foi dignes des premiers siècles de l'Eglise.

Néophyte était aussi en usage autrefois pour signifier de nouveaux prêtres, ou ceux qu'on admettait aux ordres sacrés ; comme aussi les novices dans les monastères. Voyez NOVICE.

Saint Paul ne veut pas qu'on élève les Néophytes aux ordres sacrés, de peur que l'orgueil n'ébranle leur vertu mal affermie. On a pourtant dans l'Histoire ecclésiastique quelques exemples du contraire, comme la promotion de saint Ambraise à l'épiscopat, mais ils sont rares.