S. f. (Théologie) fête instituée en mémoire de la visite que la sainte Vierge rendit à sainte Elizabeth. Dès que l'ange Gabriel eut annoncé à la sainte Vierge le mystère de l'incarnation du Verbe divin, et lui eut révélé que sainte Elisabeth sa cousine était grosse de six mois, elle fut inspirée d'aller voir cette parente, qui demeurait avec Zacharie son mari, à Hébron, ville située sur une des montagnes de Juda, à vingt-cinq ou trente lieues de Nazareth. Marie partit le 26 Mars, et arriva le 30 à Hébron dans la maison de Zacharie. Elisabeth n'eut pas plutôt entendu sa voix, qu'elle sentit son enfant remuer dans son sein. Elle lui dit : vous êtes bénie entre toutes les femmes, et le fruit de vos entrailles est béni, et la congratula sur son bonheur. Ce fut alors que Marie prononça ce cantique pieux que nous appelons magnificat. Après y avoir demeuré environ trois mois, elle retourna à Nazareth, un peu avant la naissance de saint Jean-Baptiste. Il y a des auteurs qui tiennent que la sainte Vierge assista aux couches de sainte Elisabeth. A l'égard de la fête, celui qui a pensé le premier à l'établir, a été S. Bonaventure, général de l'ordre de S. Français, lequel en fit un decret dans un chapitre général tenu à Pise l'an 1263, pour toutes les églises de son ordre. Depuis, le pape Urbain IV. étendit cette fête dans toute l'église. Sa bulle qui est de l'an 1379, ne fut publiée que l'année suivante par Boniface IX. son successeur. Le concile de Bâle commencé l'an 1431, l'a aussi ordonnée, et a marqué son jour au 2 Juillet : ce qui a fait croire à quelques-uns que la sainte Vierge ne partit de chez Zacharie que le lendemain de la circoncision de S. Jean, qui fut le premier de Juillet, huit jours après sa naissance. Il aurait été plus naturel de la placer, comme on a fait dans quelques églises, au 28 Mars, trois jours après l'annonciation. Christophe de Castro, vie de la sainte Vierge.

VISITATION, (Histoire ecclésiastique) ordre de religieuses, qui a été fondé par S. François de Sales et par la mère de Chantal. Au commencement ces religieuses ne faisaient que des vœux simples, dans le temps qu'elles habitaient la première maison de l'institut à Annecy en Savoie. Depuis, cette congrégation a été érigée en religion.

VISITATION, s. f. (Grammaire et Jurisprudence) est un ancien terme de palais usité pour exprimer la visite ou examen que les juges font d'un procès ; présentement on dit plus communément visite que visitation. Voyez l'ordonnance criminelle, tit. XXIV. art. 2. (A)

VISITATION, (Commerce) c'est le droit que les maîtres et gardes, et les jurés des corps et communautés ont d'aller chez les marchands et maîtres de leur corps et communauté visiter et examiner leurs poids, mesures, marchandises et ouvrages, pour, en cas de fraude ou de contravention aux statuts et réglements, en faire la saisie et en obtenir la confiscation des officiers de police, par-devant lesquels ils doivent se pourvoir et faire leur rapport dans les vingt-quatre heures.

Dans la communauté des maîtres corroyeurs de Paris, on appelle jurés de la visitation royale les quatre grands jurés de cette communauté, et les quatre petits sont nommés jurés de la conservation. Diction. de commerce.