S. f. (Théologie) acte par lequel le pape déclare qu'une personne, dont la vie a été sainte, accompagnée de quelques miracles, etc. jouit après sa mort du bonheur éternel. La béatification diffère de la canonisation en ce que dans la première le pape n'agit pas comme juge, en déterminant l'état du béatifié, mais seulement en ce qu'il accorde à certaines personnes, comme à un ordre religieux, à une communauté, etc. le privilege de rendre au béatifié un culte particulier, qu'on ne peut regarder comme superstitieux, dès qu'il est muni du sceau de l'autorité pontificale ; au lieu que dans la canonisation, le pape parle comme juge, et détermine ex cathedrâ l'état du nouveau saint.

La cérémonie de la béatification a été introduite lorsqu'on a pensé qu'il était à propos de permettre à un ordre ou une communauté de rendre un culte particulier au sujet proposé pour être canonisé, avant que d'avoir une pleine connaissance de la vérité des faits, et à cause de la longueur des procédures qu'on observe dans la canonisation. Voyez CANONISATION. (G)