S. m. en Astronomie et en Géographie, est un grand cercle de la sphère, qui est également éloigné des deux pôles du monde, ou dont les pôles sont les mêmes que ceux du monde. Voyez CERCLE.

Tel est le cercle représenté par la ligne D A (Pl. astron. fig. 52.) Ses pôles sont P et Q. On le nomme équateur, ou parce qu'il divise la sphère en deux parties égales, ou parce que quand le Soleil est dans ce cercle, il y a égalité entre les jours et les nuits : c'est pourquoi on l'appelle aussi équinoxial ; et quand il est tracé sur les cartes et les planisphères, on l'appelle la ligne équinoxiale, ou simplement la ligne. Voyez EQUINOXIAL.

Chaque point de l'équateur est éloigné d'un quart de cercle des pôles du monde : d'où il suit que l'équateur divise la sphère en deux hémisphères, dans l'un desquels est le pôle septentrional, et dans l'autre le méridional. Voyez HEMISPHERE.

L'équateur coupe la zone torride par le milieu ; le Soleil décrit ce grand cercle le premier jour du printemps, et le premier jour de l'automne : ainsi il y revient deux fois par an. Les peuples qui l'habitent ont pendant toute l'année les jours égaux aux nuits. Car l'horizon des peuples qui habitent sous l'équateur, passe par l'axe de la terre, et est perpendiculaire à tous les cercles parallèles à l'équateur, dont le Soleil décrit ou parait décrire un chaque jour : d'où il s'ensuit qu'une moitié de ces cercles parallèles est au-dessus de l'horizon des habitants de l'équateur, et l'autre moitié au-dessous : ainsi ils ont précisément autant de jour que de nuit, si ce n'est que le crépuscule du matin et du soir peut augmenter un peu leurs jours et diminuer leurs nuits. Les longues nuits sont très-nécessaires dans ces climats, dont le Soleil ne s'éloigne jamais de plus de 23 degrés 1/2 ; de sorte que quand il est le plus éloigné du zénith des habitants de l'équateur, il en est encore plus près qu'il ne l'est de notre zénith le jour du solstice d'été : car il est alors éloigné de plus de 25 degrés. Or comme la longueur des jours et la briéveté des nuits est une des causes de la chaleur, il s'ensuit que la chaleur de l'équateur n'est pas à proportion aussi grande qu'elle devrait être, eu égard à la position du Soleil. Il y a même dans ces climats, des pays qui jouissent d'une chaleur modérée &, pour ainsi dire, d'un printemps perpétuel : tels sont certains endroits du Pérou. Le haut des montagnes y est aussi excessivement froid, comme il arrive par-tout ailleurs.

Le temps égal ou moyen de l'équateur, s'estime par les passages de ses arcs sur le méridien. On a fréquemment occasion de s'en servir, pour convertir les degrés de l'équateur en temps, ou pour convertir les parties du temps en parties de l'équateur.

Pour faire ces conversions, on a dressé la table suivante, dans laquelle sont marqués les arcs de l'équateur qui passent par le méridien dans les différentes heures, minutes, etc. du temps moyen. Voyez EQUATION DU TEMS.

Il est très-aisé de construire cette table : car l'équateur étant supposé divisé en 360 degrés, comme il fait sa révolution en 24 heures et uniformément, il s'ensuit qu'il fait 15 degrés par heure ; par conséquent en une minute la 60e partie de 15 degrés, c'est-à-dire 15 minutes de degré, en une seconde 15 secondes de degré, et ainsi de suite ; et il ne faut plus que des additions fort simples, pour savoir le nombre de degrés, de minutes, et de secondes qu'il parcourt dans un temps donné.

Dans cette table, les minutes, secondes, etc. de degré, sont en romain : et les minutes, secondes, etc. d'heure, sont en italique. Ainsi on voit par les trois premières colonnes, qu'à une minute de degré de l'équateur répondent 0 minutes 4 secondes d'heure ; de même par la 4e et la 5e colonne, ou par les trois dernières, on voit que 5 minutes d'heure donnent 75 secondes de degré, ou une minute 15 secondes.

L'usage de cette table est facile. Supposez, par exemple, que l'on propose de convertir en temps 19 degrés 13 minutes 7 secondes de l'équateur ; auprès de 15 degrés, dans la première colonne, on trouve une heure 0 minutes 00 secondes ; auprès de 4 degrés, on trouve 16 minutes 00 secondes ; auprès de 10 minutes, 40 secondes ; auprès de 3 minutes, 12 secondes 000 tierces ; auprès de 5 secondes, 00 minutes 20 tierces ; et auprès de 2 secondes, 8 tierces : ce qui ajouté ensemble donne une heure 16 minutes 52 secondes 28 tierces.

De plus, supposé que l'on propose de trouver quels degrés, minutes, etc. de l'équateur répondent à 23 heures 25 minutes 17 secondes et 9 tierces ; auprès de 21 heures, dans la quatrième colonne de la table, on trouve 315 degrés ; auprès de 2 heures, 30 degrés ; auprès de 20 minutes, 5 degrés ; auprès de 5 minutes, 0 degré 15 minutes ; auprès de 10 secondes, 2 minutes 30 secondes ; auprès de 5 secondes, une minute 15 secondes 0 tierces ; auprès de 2 secondes, 30 secondes 0 tierces ; auprès de 6 tierces, une seconde 30 tierces ; auprès de 3 tierces, 45 tierces : le tout ajouté ensemble donne 351 degrés 19 minutes 17 secondes 15 tierces.

On voit par-là que cette table est fort utile dans la recherche des longitudes ; car connaissant la différence des heures entre deux lieux, par le moyen des éclipses de Lune ou des satellites de Jupiter, on connait tout de suite par cette table de combien de degrés les méridiens de ces lieux sont éloignés l'un de l'autre. Par exemple, s'il est une heure à Constantinople lorsqu'il est midi à Paris, on voit que le Soleil passe au méridien de Paris une heure après le méridien de Constantinople, et que par conséquent le méridien de Paris est plus occidental de 15 degrés, que celui de Constantinople. Voyez LONGITUDE.

Elévation ou hauteur de l'équateur, est un arc d'un cercle vertical, qui est compris entre l'équateur et l'horizon.

L'élévation de l'équateur avec celle du pôle est toujours égale à un quart de cercle ; ou, ce qui revient au même ; l'élévation de l'équateur est égale à la distance du pôle au zénith. Cette élévation est donc le complément de la hauteur du pôle ou de la latitude. Voyez LATITUDE et HAUTEUR DU POLE ; voyez aussi ELEVATION et HAUTEUR. (O)