S. m. (Astronomie) ancien instrument d'astronomie, qui représentait le mouvement de l'équateur sur l'horizon. On s'en servait pour observer le lieu véritable du soleil et de la lune, et de chaque étoile, tant en longitude qu'en latitude ; la hauteur du soleil et des astres au-dessus de l'horizon, l'angle que l'écliptique faisait avec l'horizon, etc. On trouvait aussi avec cet instrument la longueur du jour et de la nuit, et le temps qu'une étoile s'arrête sur l'horizon. Tous ces problèmes se résolvent aujourd'hui fort aisément par l'usage de la sphère armillaire et du globe céleste. Regiomontan a donné la description et l'usage de cet instrument dans ses scripta Regiomontani, publiés in 4 °. en 1544. Maurolycus en traite encore dans ses œuvres où il décrit les instruments de mathématique, de même que Joh. Gallacius, dans son livre de mathematicis instrumentis. (D.J.)