adj. pris subst. (Ostéologie) os situé à la partie antérieure de la base du crane, et qui se trouve comme enchâssé dans une échancrure particulière du coronal : il est presque tout placé dans les narines, dont il forme la cloison.

Son nom d'ethmoïde, c'est-à-dire cribleux, lui a été donné parce qu'en le regardant du coté du crane, il parait percé d'une infinité de trous, comme un crible.

Il est joint avec le coronal, l'os sphéroïde, les os du nez, les os maxillaires, les os unguis, les os du palais, et le vomer. Voyez tous ces mots.

On a beaucoup de peine à séparer l'os ethmoïde sans le briser ; cependant l'on y doit réussir en s'y prenant avec adresse, et surtout en choisissant une de ces têtes seches qui ont les engrenures lâches.

Quoique sa figure soit irrégulière, on peut dire néanmoins qu'elle approche plus de la cuboïde que de toute autre ; mais il vaut mieux le considerer simplement dans sa face externe et dans sa face interne.

Etant examiné dans sa face externe, il présente trois parties ; une supérieure, une moyenne, et une inférieure.

La partie supérieure, qui est la plus petite et la plus connue, passe derrière l'épine frontale, s'élève dans la cavité du crane, et porte le nom de crista galli, crête de coq. La partie moyenne occupe toute la portion des narines qui est entre les deux orbites ; elle est composée d'un grand nombre de lames osseuses, fines et très-cassantes, qui forment par leur disposition plusieurs cellules et anfractuosités irrégulières. La partie inférieure comprend toute la base osseuse qui sépare la cavité des narines.

Il se trouve du côté de la cloison, une rainure où les cellules de l'os ethmoïde s'ouvrent pour communiquer dans le nez ; car dans tout le reste de la portion cellulaire, les cellules sont fermées pour la plupart par les os voisins auxquels cette portion se trouve jointe. En effet, elles sont fermées en-haut par le coronal, et les sinus frontaux s'abouchent par-devant avec ces cellules. Dans la partie postérieure et dans la partie inférieure, ces cellules sont fermées par l'os sphéroïde et par les maxillaires. Enfin dans la partie externe du côté de l'orbite, ces cellules sont fermées par l'os unguis et par une lame fort égale, dont les anciens faisaient un os particulier qu'ils ont nommé os planum.

On considère dans la face interne de l'os ethmoïde, une lame nommée cribleuse ; les trous qui s'y trouvent, retiennent le nom des nerfs olfactifs qui y passent. Cette lame est traversée suivant sa longueur par l'éminence nommée crête de coq, dont j'ai parlé ci-dessus.

Ingrassias, né en Sicile en 1510, mort en 1580, savant anatomiste, à qui l'Ostéologie doit beaucoup de bonnes choses, est le premier qui ait donné une description exacte de l'ethmoïde, dans ses Commentaires sur le livre des os, de Galien. Son ouvrage fut imprimé à Palerme en 1603, in-fol. et est devenu très-rare. Article de M. le Chevalier DE JAUCOURT.