Imprimer
Catégorie parente: Science
Catégorie : Philosophie
S. f. en Philosophie, signifie la force des corps solides par laquelle ils résistent à l'impulsion des autres corps, ou réagissent avec une force égale à celle qui agit sur eux. Ce mot vient du latin reniti, faire effort contre quelque chose. Voyez REACTION, voyez aussi RESISTANCE.

Dans tout choc de deux corps il y a une renitence ; car un corps qui en choque un autre perd une partie de son mouvement par le choc, s'il n'est pas à ressort ; et le corps qui était en repos est forcé de se mettre en mouvement : au reste le mot de renitence est peu usité, ceux de réaction ou de résistance sont presque les seuls en usage. (O)

RENITENCE, terme de Chirurgie, qui signifie proprement une dureté, ou une résistance au tact. La rénitence est un des principaux caractères des tumeurs skirrheuses. Voyez SKIRRHE.

Il est à-propos de savoir juger par expérience des différents degrés de rénitence, pour estimer à quel point les humeurs épaissies qui forment la tumeur, sont privées de la sérosité qui leur servait de véhicule dans l'état naturel, et régler les médicaments dont on peut user pour obtenir la résolution de la tumeur. On connait aussi par le degré de rénitence bien apprécié de l'effet des médicaments qu'on a employés. Le froid contribue beaucoup à l'induration des tumeurs, et les glandes sont plus sujettes aux tumeurs dures que les autres parties, parce que la lymphe, fort susceptible d'épaississement, circule avec lenteur dans ces organes. Les glandes du cou sont plus sujettes à devenir skirrheuses que celles des aisselles et des aines, parce qu'elles sont plus exposées au froid. Les amygdales s'enflamment assez facilement, et leur gonflement inflammatoire devient souvent une tumeur dure et rénitente par l'action du froid. Voyez ESQUINANCIE. (Y)




Affichages : 1601