Imprimer
Catégorie parente: Science
Catégorie : Physique & Géographie
S. f. pl. (Physique et Géographie) vents périodiques ou anniversaires, qui soufflent six mois du même côté, et les autres six mois du côté opposé. Voici les principaux. 1). Entre le 10. et le 30. degré de latitude méridionale, et entre l île de Madagascar et la nouvelle Hollande, il souffle toute l'année vent de sud-est, mais qui devient en certains temps plus est de quelques rhumbs. 2) Entre le 2 et le 10 degré de latitude méridionale, et entre les îles de Java, de Sumatra, et de Madagascar, il règne depuis Mai jusqu'en Octobre un vent de sud-est, et de Novembre en Mai un vent de sud-ouest ; cependant à la distance de 2 ou 3 degrés de chaque côté de l'équateur on a souvent des calmes, des orges, et des vents variables. 3°. En Afrique, entre les côtes d'Ajana, et entre les côtes d'Arabie, de Malabar, et dans le golfe de Bengale jusqu'à l'équateur, il souffle depuis Avril jusqu'en Octobre un vent fort impétueux, qui est accompagné de nuées fort épaisses, d'orages et de grosses pluies ; depuis Octobre jusqu'en Avril il y règne un vent de nord-est, mais moins violent que le précédent, et accompagné d'un beau temps : ces deux vents de nord-est et de sud-ouest soufflent avec bien moins de violence dans le golfe de Bengale que dans la mer des Indes. Les vents ne tiennent cependant pas la même route dans ces parages, mais ils soufflent obliquement suivant la direction du contour des côtés, et on a même quelquefois deux ou trois rhumbs tous différents ; on remarque aussi que dans les golfes profonds, comme dans celui de Bengale, les vents qui sont sur les côtes diffèrent de ceux qui soufflent sur ces golfes. 4°. En Afrique, entre la côte de Zanguebar et l île de Madagascar, il souffle d'Octobre en Mai un vent de sud-est, et dans les six autres mois un vent d'ouest, et même de nord-ouest, qui n'est pas plutôt arrivé en pleine mer vers l'équateur, après avoir passé l île de Madagascar, qu'il se change en un vent de sud-ouest, qui prend beaucoup du vent du sud. Lorsque ce vent commence à changer, il devient froid, on a de la pluie et de l'orage, mais les vents d'est sont toujours doux et agréables. 5°. Le long des côtes de Zanguebar et d'Ajan jusqu'à la mer Rouge, les vents sont variables depuis Octobre jusqu'à la mi-Janvier : il y règne ordinairement des vents de nord violents et orageux, qui sont accompagnés de pluie : depuis Janvier jusqu'en Mai, ces vents sont nord-est, nord-nord-est, accompagnés de beau temps : il règne depuis Mai jusqu'en Oct. des vents de sud : en Juillet, Aout et Septembre on a, dans les golfes de Pate et de Melinde, de grands calmes qui durent bien six semaines de suite. 6°. Il souffle, vers l'embouchure de la mer Rouge, près du cap Guardafui, des vents violents, et cela dans le temps même qu'on a des calmes dans le golfe de Melinde, l'air y est serein, mais il ne souffle qu'un petit vent à la distance de 10 ou 12 milles de ce cap, en tirant vers la mer. 7°. Il règne un vent de sud dans la mer rouge entre les mois de Mai et d'Octobre ; il se range au nord dans les mois de Septembre et d'Octobre, et devient enfin nord-est avec le beau temps ; ce vent dure jusqu'en Avril ou Mai, et alors il devient nord, ensuite est, et enfin sud, lequel souffle constamment. 8°. Enfin entre les côtes de la Chine, et entre Malaca, Sumatra, Borneo, et les îles Philippines, il règne depuis Avril jusqu'en Octobre un vent de sud et de sud-ouest, et depuis Octobre jusqu'en Avril un vent de nord est, qui ne diffère pas beaucoup d'un vent de nord. Ce vent devient nord, et même nord-ouest, entre les îles de Java, Tinior, la nouvelle Hollande, et la nouvelle Guinée, de même qu'au lieu d'un vent de sud-ouest il souffle ici un vent de sud-est, lequel se change en nord-est, à cause des golfes et des courbures que forment Tinior, Java, Sumatra, et Malaca.

La cause des moussons est assez inconnue ; tout ce que les Philosophes en ont dit n'est rien moins que satisfaisant ; la plupart de leurs conjectures ne sont point du tout fondées, et il y en a même quelques-unes qui se trouvent contraires aux lois de la nature. Il parait cependant que ces vents dépendent en même temps de plusieurs causes. Ils peuvent dépendre en effet des montagnes et des exhalaisons qui en sortent dans certains temps, et qui poussent alors l'air dans certaines directions déterminées. Ils peuvent venir aussi de la fonte des neiges, et peut-être encore de plusieurs autres causes réunies. Comme nous n'avons point encore de bonnes descriptions des cartes de la position des montagnes, du plat pays des environs, de son terrain sablonneux que le soleil échauffe, ni enfin du cours des rivières, et de plusieurs autres circonstances, on ne saurait entreprendre de donner la raison suffisante de ces vents : nous tenons de M. Halley ce qui a été donné de meilleur là-dessus.

Les anciens Grecs parlent de diverses autres moussons, dont quelques-unes arrivaient dans les jours caniculaires, et les autres en hiver ; celles qui arrivaient en été portaient au nord et au nord est. Les auteurs qui en ont parlé ne nous ont pas marqué le temps précis auxquels ces vents commençaient. Quelques-uns ont dit qu'ils commençaient le 6, d'autres le 16 de Juillet, et qu'ils continuaient encore 40 jours de suite, jusqu'à la fin d'Aout : d'autres ont prétendu qu'ils duraient jusqu'à la mi-Septembre. Ceux-ci ne soufflent que le jour, s'apaisent la nuit, et commencent le matin avec le lever du soleil : ce vent regnait en Grèce, dans la Thrace, dans la Macédoine, et dans la mer Egée ; et ces pays sont situés entre la mer Noire, le golfe de Venise, et la Méditerranée. Le savant Varenius conjecturait que ces vents étaient causés par la neige qui couvrait le sommet des montagnes de ce pays, et qui venait à se fondre par la grande chaleur des jours caniculaires. Ce qui favorise cette conjecture, c'est que la fonte de ces neiges se faisait pendant le jour, et non pas pendant la nuit ; de sorte que ce vent devait aussi souffler le jour et non pas la nuit. Voyez VENT, ALISE, ESIENSIENS, Article de M. FORMEY, qui l'a tiré de l'Histoire physique de M. Musschembrock, chap. des vents.



Affichages : 1254