Imprimer
Catégorie parente: Science
Catégorie : Physique
tube de, ou EXPERIENCE DE TORRICELLI, (Physique) est une expression que l'on trouve souvent dans les écrits des Physiciens ; Torricelli était un disciple du grand Galilée, fameux par ses expériences sur la pesanteur de l'air ; et le tube de Torricelli est un tuyau de verre, comme A B, (Pl. pneum. fig. 6. n°. 2.) d'environ trois pieds de long, et de quelques lignes de diamètre.

Son orifice supérieur est fermé hermétiquement.

L'expérience de Torricelli se fait de cette manière : on emplit de mercure le tube A B, ensuite on bouche avec le doigt l'orifice B ; on renverse le tube, et l'on enfonce le même orifice dans un vaisseau rempli d'autre mercure D C. Cela fait, on retire le doigt, et l'on soutient le tube perpendiculairement sur la surface du mercure qui est dans le vaisseau, de manière qu'il y plonge un peu.

Alors une partie du mercure qui est dans le tube, tombe dans celui qui est dans le vaisseau, et il en reste encore assez dans le tube pour l'emplir à la hauteur de 27 à 29 pouces au-dessus de la surface du mercure qui est dans le vaisseau.

Si le tube est précisément de 27 pouces, il ne descendra pas du tout de mercure ; mais le tube restera tout plein. Enfin, si on fait la même expérience avec des tubes de différentes longueurs, figures, et capacités, et différemment inclinés ; dans tous la surface de la colonne de mercure sera toujours élevée au-dessus du mercure qui est dans le vaisseau, précisément de la même hauteur de 27 à 28 pouces ; pourvu cependant que le diamètre du tuyau ne soit pas trop étroit, et qu'on ait bien pris garde en l'emplissant de chasser toutes les petites bulles d'air qui auraient pu rester entre le mercure et le tuyau.

Cette colonne de mercure se soutient dans le tube par la pression de l'athmosphère sur la surface du mercure qui est dans le vaisseau ; et selon que l'athmosphère se trouve plus ou moins pesante, ou, selon que les vents condensent ou dilatent l'air, et qu'ils en augmentent ou diminuent le poids et le ressort, le mercure hausse ou baisse plus ou moins dans le tube.

Si l'on n'emplit pas tout à fait le tuyau de mercure, alors quand le mercure descend, il reste de l'air dans la partie supérieure du tuyau ; et cet air faisant en partie équilibre avec l'air extérieur, le mercure descend plus bas, parce que la colonne de mercure qui doit rester suspendue dans le tuyau, n'est alors soutenue que par l'excès de pression de l'air extérieur sur la pression de l'air qui est resté dans le tuyau. Voyez AIR et ATHMOSPHERE.

Le tube de Torricelli est ce que nous appelons aujourd'hui le baromètre. Voyez BAROMETRE. Chambers. (O)



Affichages : 1529