S. m. (Physique) on donne ce nom à une grande flamme fort brillante qui s'élance tout-à-coup dans l'air, et qui se répand de toutes parts, mais cesse sur le champ.

Il fait des éclairs lorsque le temps est beau et serein, et de même que lorsque l'air est couvert de nuages ; mais on en voit rarement, sans avoir eu auparavant un ou plusieurs jours chauds : ils paraissent souvent sans qu'il y ait de tonnerre.

La matière de l'éclair est composée de tout ce qu'il y a d'oléagineux et de sulphureux dans les vapeurs qui s'élèvent de la terre. La flamme est d'autant plus grande, que la quantité de matière réunie est plus considérable. Cette matière prend feu par le mélange des vapeurs, et c'est dans ce cas-là qu'elle peut causer quelque dommage.

Quand la flamme parcourt d'un bout à l'autre avec beaucoup de vitesse toute la trainée de la foudre, elle pousse ou emporte avec elle certaines parties qui ne sauraient s'enflammer avec la même vitesse : lorsqu'elle les a rassemblées, qu'elle les a en même-temps fort échauffées, en sorte qu'elles puissent s'enflammer avec l'autre matière, tout éclate et se disperse avec une violence étonnante, et on entend alors ce bruit qui retentit dans l'air, et auquel nous donnons le nom de tonnerre, et dont l'éclair est l'avant-coureur.

On voit souvent paraitre dans l'air, avant qu'il fasse des éclairs et du tonnerre, des nuées épaisses et sombres, qui paraissent s'entre-choquer et se croiser en suivant toutes sortes de directions ; par où l'on peut juger sans peine du temps qu'on doit avoir bientôt après. La matière de la foudre vient-elle après cela à prendre feu, ces nuées se condensent encore beaucoup plus qu'auparavant, et dans l'instant elles se convertissent en gouttes d'eau qui tombent en manière de grosse pluie. Il est rare qu'un orage accompagné d'éclairs et de tonnerre, continue quelque temps sans qu'il survienne une grosse pluie. Lorsque ces sortes d'ondées viennent à tomber, elles emportent ordinairement avec elles beaucoup de cette matière qui produit la foudre ; ce qui fait que l'orage cesse beaucoup plutôt lorsqu'il pleut, que lorsqu'il fait un temps sec.

La nuée est aussi quelquefois si épaisse, qu'elle empêche de voir la lumière de l'éclair ; de sorte qu'on entend alors le tonnerre gronder, sans que l'éclair ait paru auparavant. Mussch. essai de Phys. §. 1702 et suiv. Voyez FOUDRE, TONNERRE.

Par l'intervalle de temps qui se trouve entre l'éclair et le coup de tonnerre, on peut juger, quoiqu'à la vérité assez grossièrement, à quelle distance est le tonnerre : voici comment. On examinera sur une pendule à secondes, l'intervalle qui se trouve entre l'éclair et le coup ; et pour déterminer la distance où est le tonnerre, on prendra autant de fois 173 taises, qu'il y a de secondes écoulées entre le coup et l'éclair. Ce calcul est fondé sur ce que la lumière de l'éclair vient à nos yeux presque dans un instant, au lieu que le bruit du coup emploie un temps très-sensible pour arriver à notre oreille, le son ne parcourant qu'environ 173 taises par seconde. Au reste il est visible que ce moyen de déterminer la distance du tonnerre, ne peut être qu'assez grossier, comme nous l'avons dit ; car outre qu'une petite erreur dans l'observation du temps, en produit une de plusieurs taises, ce calcul suppose que le bruit du tonnerre vienne toujours directement à nous, et non par réflexion, ce qui est rare. (O)

ECLAIR, (Chimie et Métallurgie) lumière ou fulguration vive et éblouissante que donne l'argent en bain, dans l'instant où il perd son état de fluidité. Pour donner une juste idée de ce phénomene, on ne peut mieux le comparer qu'aux derniers traits de feu dardés par une lumière ou un charbon prêt à s'éteindre. Il est à présumer qu'il est dû à des particules ignées pures, s'échappant avec rapidité hors du corps embrasé, soit par leur élasticité, soit par le rapprochement des parties de ce même corps ; et passant à-travers des pores, dans lesquels elles souffrent plusieurs réfractions, ainsi qu'on peut s'en convaincre dans un fourneau dont le feu est animé par le jeu de l'air. Si l'on y examine un espace étroit formé par l'écartement de trois ou quatre charbons, ou même l'extérieur de certains charbons en particulier, on y voit la même chose de la part des rayons de feu lancés à-travers la couche légère de cendres qui revêtent leur surface. On conçoit aisément que l'éclair est plus sensible dans un gros bouton que dans un petit, et quand l'argent est pur, que quand il contient encore quelques portions de cuivre ou de plomb. Le cuivre fait aussi son éclair, mais d'une autre façon que l'argent. On appelle ainsi les belles couleurs d'iris qui circulent rapidement à sa surface, quand il est raffiné et sur le point de se congeler. Quant aux circonstances qui précèdent, accompagnent et suivent l'éclair, voyez les articles ESSAI, AFFINAGE et RAFFINAGE DE L'ARGENT. (f)

ECLAIR ou JET DE FLAMME, espèce d'Artifice dont voici la composition.

Toutes les liqueurs spiritueuses et sulphureuses, comme l'eau-de-vie, l'esprit-de-vin, et plusieurs autres, étant jetées sur le feu d'une chandelle, ou encore mieux d'une lance à feu, s'allument en l'air si subitement, que la flamme s'étend dans tout l'espace où elle se trouve dans l'instant qu'une de ses parties touche le feu, et se consume avant qu'elle ait eu le temps de retomber, ce qui produit l'effet d'un éclair ; ainsi pour en faire paraitre un sur un théâtre d'artifice, il n'y a qu'à en pousser une bouffée avec une seringue par-dessus des lances à feu.

Il est une sorte d'eau plus propre à cet effet, qu'on appelle pour cette raison eau ardente, dont voici la composition.

On met dans une cornue ou dans un vase bien lutté, deux pintes de bon vinaigre, avec une bonne poignée de tartre de Montpellier, et autant de sel commun, et l'on fait distiller ce mélange pour en tirer l'eau ardente. Quelques-uns y ajoutent du salpetre, sans cependant qu'on s'aperçoive d'un plus grand effet ; mais on peut en diversifier la flamme, en mêlant dans la composition, de l'ambre et de la colophone.

On prend de cette eau dans une seringue, et on la jette de loin sur des lumières de feu, de quelqu'espèce qu'elles soient ; elle s'enflamme en l'air, et disparait dans un instant, comme un éclair.