Imprimer
Catégorie parente: Arts & métiers
Catégorie : Mégisserie
S. f. (Mégissier) c'est une pellicule très-mince, que les Mégissiers tirent de dessus les peaux de chevreau ou de mouton qui ont été passées en mégie. C'est précisément ce que les Anatomistes appellent l'épiderme dans l'homme.

Paris est l'endroit de France où l'on sait mieux lever le canepin ; ce sont les Peaussiers qui font cette opération.

Les Gantiers appellent ordinairement le canepin, cuir de poule ; et c'est avec cette sorte de cuirs qu'ils fabriquent la plus grande partie des gants que portent les femmes, surtout dans l'été. On en fait aussi des éventails.

Le canepin qu'on tire de dessus la peau des chevreaux, est le plus estimé pour la fabrique des gants.

* Les Couteliers en font un grand usage pour essayer leurs lancettes, et savoir si elles sont assez pointues et assez tranchantes. Ils tendent un morceau de canepin entre le pouce et l'index d'un bout, et entre le doigt du milieu et l'annulaire de l'autre bout, écartant l'index et l'annulaire. Ils placent ensuite la pointe de la lancette sur ce canepin tendu ; ils élèvent la châsse ; si la lancette par son propre poids perce le canepin sans faire aucun bruit, elle est assez pointue et assez tranchante ; si elle ne le perce point, ou qu'elle fasse un petit bruit en le perçant, elle est censée ne piquer ni ne couper assez.

Il y a du choix dans le canepin ; celui qui est épais et jaunâtre ordinairement ne vaut rien pour l'essai de la lancette. Il faut prendre celui qui est le plus mince, le plus blanc, et le plus doux au toucher.




Affichages : 2309